Alors? Comment on se sent à Minorque??

Et voilà… Voilà 15 jours que nous avons quitté notre terre, pour partir à la découverte du monde…

La jolie Minorque, au cœur des Baléares, aura été notre premier terrain de jeu. Et elle aura été parfaite ! Des côtes au nord si sauvages et au sud plus touristiques, des mouillages à l’eau turquoise magnifiques, des roches tombant à pic, d’anciennes habitations troglodytes surprenantes, des paysages lunaires, de jolies premières images à garder en mémoire:)

Nous avons quitté la Grande Motte avec une mer d’huile, nous avons traversé avec les mêmes conditions, et avons au moment où je vous écris, toujours la même chance ! A croire que la méditerranée s’est faite belle pour nous ! 🙂 Tant mieux !! Cela permet à toute la tribu de prendre ses marques, de s’amariner en douceur et de ne pas avoir, tout de suite en tout cas, de grosses frayeurs.

Alors, c’est quoi le 1er bilan du voyage ? De cette nouvelle vie ? Nos 1eres impressions?

Nous nous sentons à l’heure actuelle comme des touristes à peine partis, voulant profiter et en voir un maximum en un minimum de temps ! Nous passons de criques en criques, nous baladons, découvrons, à un rythme effréné… Nous en prenons plein la vue. Puis nous décidons de nous arrêter à Mahon, « à la ville », au départ pour faire un « petit » tour, car je suis en « manque », manque de vitrines à lécher, manque de l’ambiance qui s’y trouve, et Antoine aussi a bien envie de changer un peu d’horizon.

Nous avons besoin de trouver une carte téléphonique espagnole car nous ne pouvons garder nos deux numéros français, cela n’a aucun sens. Lequel garde-t-on ? Euh après réflexion, celui d’Antoine car c’est son numéro professionnel, sa carte de visite, ce sera donc le mien que l’on arrêtera. Et bien croyez-le ou pas, mais après 11 ans avec le même numéro, je me sens dépouillée ! Cela représente une énième chose qui je le sais bien n’est pas primordiale, mais dont je me sépare. Je suis consciente que je reste joignable sur le téléphone d’Antoine ou sur notre nouveau numéro mais l’ancien, était le lien avec mes amis, ma famille, mon pays. …

Après avoir fait les 100 pas dans la ville (olala quelle chaleur étouffante, et que de marches, de montées, de descentes, de rues escarpées, qui mettent nos gambettes à rudes épreuves 🙂 ), nous voilà fatigués, nous nous retrouvons dans un parc pour enfants, pour les laisser s’amuser, et nous, nous reposer… sans crier gare, les larmes me montent aux yeux, je me mets à pleurer dans les bras de mon doudou, et un nouveau message d’amis très importants à nos yeux avec qui nous avions perdu contact nous félicitant et nous encourageant, n’y est pas pour rien… Je suis si fatiguée, Antoine lui aussi a une petite baisse de moral… Nous sommes pourtant heureux d’être là, alors quoi ? Nous assimilons ça à la fatigue accumulée et à la pression de ces dernier mois, et forcément à un moment ou à un autre il faut bien que l’on relâche !

Je ne compte plus les messages que nous avons reçus d’amis, d’inconnus, de nos familles, tous aussi positifs les uns que les autres et que nous continuons à recevoir via notre blog… Vous ne pouvez pas imaginer combien ils font du bien et combien ils nous touchent ! A aucun moment durant la préparation de ce projet, nous n’avions je pense pris conscience à ce point que nous n’étions pas seul dans cette aventure, mais bel et bien accompagné, et si au départ nous avions créé ce blog pour que la famille et les amis puissent nous suivre, nous sommes heureux aujourd’hui des démarches faites pour nous faire connaître, pour faire partager à plus de monde encore, notre rêve, montrer que quel que soit le vôtre, cela est possible…

Il faut se donner les moyens et provoquer sa chance 🙂 On nous avait dit que le plus dur était de partir, c’est une vérité ! Pour autant, même si c’est moins dur à présent, on n’enlève pas comme ça plus de 35 ans d’habitudes terriennes… Nous ne nous sentons pas encore « libres », et contrairement à ce que l’on pense, il n’est pas simple de changer à ce point de rythme ! Nous avons rencontré quelqu’un qui nous disait avoir mis 6 mois à vraiment décompresser, accepter, prendre le temps et ne plus être tributaire de sa montre, du stress que l’on connait tous… Ça nous paraissait excessif, nous n’en sommes qu’à 15 jours nous direz-vous, mais effectivement c’est un mode de vie à l’opposé de tout ce que nous avons connu, et il va falloir que l’on apprenne à être patient, à prendre en compte la météo et tous autres paramètres, et à remettre à demain ce que nous n’aurons pas fait aujourd’hui 🙂

Nous apprenons aussi à vivre différemment!! Fini les courses à Carrefour où je flânais à travers les rayons, bonjour les supérettes où l’on va droit à l’essentiel et où il n’y a pas de surplus! On se muscle aussi à marcher à travers les villes avec nos bras chargés sous 40 degrés… Nous avons fini par investir dans un cabas à roues permettant de descendre les escaliers! Le summum!!:) Fini aussi le gaspillage de l’eau! Plus de douches de 3 heures et de bains relaxant le soir ! Remplacés par des douches express et la mer pour baignoire, lorsqu’il n’y a pas de méduses ! Finies aussi, les lumières restées allumées, l’énergie à bord étant primordiale, nous apprenons aux enfants à tout éteindre derrière eux systématiquement, à ne pas utiliser l’ipad sans le recharger (notre lecture de météo en dépend !), et nous rechargeons le portable lorsque le groupe électrogène tourne, car grand luxe nous l’allumons pour faire tourner une machine à laver de temps à autre !! 🙂

Nous nous questionnons aussi : comment se faire des « bateaux copains »? 😉 Nous nous disons qu’il faut rester longtemps sur place pour pouvoir créer des liens, or, nous ne faisons que changer d’endroits… Alors comment ça se passe? 😉 On se posera sûrement moins la question une fois les Canaries passées, car nous rencontrerons plus de personnes dans la même situation qu’actuellement où il s’agit plutôt de vacanciers.

Nous sommes effarés aussi par tous les plastiques trouvés dans la mer ! Les enfants n’en reviennent pas et ne comprennent pas pourquoi les gens jettent tout ça à l’eau ! Ils comprennent maintenant pourquoi les tortues confondent les méduses avec les plastiques! Nous sommes sûrs à présent qu’ils seront sensibilisés à leur environnement et à l’importance de le préserver!

Nous sommes impatients de toutes les autres découvertes que nous feront… Les prochaines seront à Majorque, arrivée prévue début de semaine prochaine… A suivre…