Le Cap Vert, dernière étape avant le grand saut!

Il nous aura fallu 3 jours et demi pour rejoindre le Cap Vert du Sénégal, dont deux très longs jours !! Pourquoi la météo n’est-elle jamais celle annoncée ? Hein pourquoi ? Nous voici embarqués pour une énième fois au milieu de nulle part, et une fois encore, comme je dois l’avouer ça m’arrive de temps à autre, je me sens prisonnière de mon propre bateau. Prise en otage ! Et je déteste ça, ne pas avoir d’autres choix que d’attendre et de subir les humeurs de Poséidon… Vous savez en traversée, c’est fou l’amplitude qu’il peut y avoir moralement!! Un instant le moral est au taquet avec joie, rire, euphorie grâce à de toutes petites choses et la minute d’après pouf il est au plus bas!! Je l’identifie un peu à ces sensations bien connues des femmes, excusez messieurs,  pendant ou après leur grossesse, lorsque toutes les hormones nous chamboulent sans que l’on ne puisse rien y faire !! En soi, de l’extérieur, ça parait être des petits riens, mais de l’intérieur tout est vécu différemment, exacerbé… L’humeur ressentie lorsqu’elle est au plus bas peut aussi être comparée à celle qui nous prend tous à l’approche de l’hiver, suite aux raccourcissement des jours, à la grisaille ou vous savez à ces jours déprimant où vous n’attendez qu’une chose, l’arrivée des beaux jours… Et bien c’est pareil en navigation !  Nous sommes à l’heure actuelle, avec encore des images plein la tête et nostalgiques de nos rencontres sénégalaises. Et l’impatience de découvrir un nouvel horizon mais de devoir attendre avant d’être arrivé !

Ça y est justement, voilà le dernier jour de navigation, nous nous sentons moins nauséeux, le soleil est de la partie, Antoine vient de se lever, il met en place la traîne… Des tas de poissons volants sautent à droite à gauche, signe qu’ils sont chassés par plus gros !! Et oh il n’aura pas fallu 2 minutes pour qu’un thon morde à l’hameçon !! 🙂

Yes !! Ça c’est une belle journée qui commence !! Tout le monde s’emballe à bord et chacun a sa mission !! Je remonte la traîne et fatigue monsieur le poisson avec Antoine qui par la suite se transforme en capitaine crochet, prêt à alpaguer la bête et à lui faire sa fête ! Malo en parfait second, met le coup d’alcool dans les ouïes du poisson pour le calmer et (peut-être) rendre sa dernière heure moins pénible, il passera par la suite les coups de seau nécessaires à nettoyer la scène de crime !  Elian, nous apporte les sacs pour y stocker le déjeuner et Pacôme constate que c’est une « doade coyphène «  ou un thon ! 🙂

2013_12_ 5_13_13 2013_12_ 5_22_31

En attendant, ce thon-là mesure 80 cm et pèse franchement son poids !! Au menu, carpaccio de thon à l’huile d’olive et dardes accompagnées de petites patates sautées et haricots verts… Hhmmmm Voilà qui est bon pour le moral ! Mais comme si un ne suffisait pas, c’est à mon tour cette fois de me lever de ma sieste, et d’entendre le « zzzzzzzz » propre à notre canne à pêche… Hop hop hop, tous à son poste… Voilà une magnifique dorade coryphène de 1,05 m qui nous est offert par Neptune ! Et de deux !! Nous ferons profiter nos amis Timacle de cette dernière, servie en sauce avec lait de coco et gingembre râpé. 🙂

2013_12_ 5_14_11 2013_12_ 5_14_10

Elle est pas belle la vie ?!

3 décembre 2013 20 h, nous voilà enfin arrivés à notre mouillage au sud de l’île de Sal, Santa Maria. Quel bonheur !! Nous sommes accueillis par une délicieuse odeur de nourriture, les lumières de la ville et de la musique ! J’en rêvais de ce son!! Nous sommes fatigués de notre traversée mais heureux d’être posés et de découvrir une nouvelle fois encore de nouvelles odeurs ! Je crois que notre sens olfactif se développe au fur et à mesure !! Et chaque destination à ses propres senteurs, c’est assez fou! Nous devons attendre le lendemain matin pour découvrir les lieux ! 7h du matin (changement d’heure oblige), nous sommes tous sur le pont pour vite voir à quoi ressemblent les lieux ! « Oh maman, l’eau elle est toute bleue, waouh on voit le fond, et oh elle est propre maman, on va pouvoir se baigner !! Trop cool ! » Des semaines que nous attendons à nouveau une eau pareil, limpide, cristalline et sans déchet ! 🙂

2013_12_ 6_ 8_46 (1) 2013_12_ 8_11_57

Nous voilà donc au Cap Vert ! Antoine et Benoît partent tous les deux pour faire les papiers d’arrivées, une location de voiture est nécessaire puisqu’il faut se rendre au port de la Palmeira, puis à l’aéroport. De longues heures, car après avoir attendu l’ouverture à 17h30, bizarre, ils se sont vus recalés car tout l’équipage n’était pas là ! « Hein, mais comment, il n’y a pas besoin de… »  Pas le temps de finir, la douanière en question est bien décidée à ne pas nous tamponner les papiers et à ne pas travailler ! Nous devrons y retourner tous le lendemain !! Nous optons donc pour y aller chacun notre tour avec Timacle, va falloir se speeder, mais comme ça, il n’y a pas besoin de laisser l’annexe au ponton ni nos bateaux tous seuls ! Et oui car à force de lire sur tous les blogs les faits relatés au Cap Vert et d’entendre les divers vols avec ou sans agression des voiliers et des équipages, nous virons parano !
L’île de Sal n’aura pour nous, pas eu d’intérêt particulier si ce n’est cette jolie plage du sud, lieu idéal pour tous les sports aquatiques. Le mouillage est très venté et rouleur dès que la houle se fait sentir !

2013_12_ 8_11_58

Nous y sommes restés 3 jours, le temps de nous reposer et de récupérer Nausicaa, la bateau stoppeuse que Timacle avait embarqué à Dakar. Pour le plus grand plaisir des garçons cette jeune femme de 20 ans (dotée d’un sens certain d’adaptation au vue de son périple au Mali et au Burkinafaso durant 3 mois, seule, pour la réalisation d’un stage pour science po) aura rejoint Cataja jusqu’ à l’île de Sao Vincente, marina de Mindelo ! Pacôme l’ayant gentiment autorisé à dormir avec lui, tout va pour le mieux ! 🙂

2013_12_ 8_11_59

Là encore, cette étape ne nous aura servi qu’à faire nos divers avitaillements, et pour ça la marina de Mindelo a tout compris !! C’est la seule de toutes les îles du Cap vert et ils en profitent ! Tout est prévu et monnayer, jusqu’à l’eau utilisée dans les sanitaires communs décomptée de votre crédit précédemment payé ! La place de port s’élevant tout de même à 65 euros par jour pour nous, ne comprend que 100 litres d’eau et 100 Mo de wifi ! Chaque litre d’eau en plus est à payer d’avance via un système de carte, et à recharger dès que nécessaire. Les 3 jours demandés sont eux aussi à régler d’avance ! Ils doivent vraiment avoir peur que l’on parte comme des voleurs ! Nous reconnaissons tout de même et c’est déjà pas mal, que le personnel est très sympathique, serviable et parlant français pour la plupart. Nous y sommes à l’abri tant du vent que des vols à priori, l’entrée et la sortie ne se faisant toujours qu’à l’aide de cette carte. Les garçons retrouvent les joies des pontons et se font de nouveaux amis, quant à nous, nous reprenons nos habitudes d’apéro et faisons connaissance de François et Sophie, partis eux aussi avec 3 enfants , 10 ans, 7 ans et 7 mois, respect !! 1 an autour de l’atlantique, nous espérons les retrouver de l’autre côté au plus vite!
Nous profitons de la marina pour laisser Cataja en sécurité et choisissons de partir en visite de l’île de Santo Antao, réputée pour être la plus belle des îles, en empruntant le ferry. Hop hop hop, on se dépêche, car les places sont limitées, 7h au taquet nous sommes devant le guichet, le bateau doit partir dans 1 heure et nous sommes précédés de 10 personnes… 5 minutes plus tard, c’est la soupe à la grimace… Plus de place à la vente ! Prochain départ à 16h, et achat des billets à 14h30, pas de réservation possible évidemment ! Idem pour les retours. Ça doit être trop compliqué de tenir une comptabilité ! Nous sommes Nausicaa, nous et un autre jeune couple dépités… Nous voulions voir cette île ! Qu’à cela ne tienne, nous décidons d’y aller avec Cataja pour la journée et proposons dans la foulée à Tiago et Gabriella de venir avec nous à bord… Hey, super, ils sont ravis et nous heureux d’embarquer de nouvelles rencontres à bord 🙂 Nous devons tout d’abord nous affairer pour finir les avitaillements et nettoyer notre pont, bien sale depuis le Sénégal ! Tout le monde participe et nous voilà partis 1h après en traversée !  Nous nous mettons au mouillage de Porto Novo, très bien protégé par vent de Nord/Est, je cache nos pc, ipad, appareils photos et compagnie (toujours cette parano de nous faire voler à bord) et nous descendons à terre.

2013_12_10_20_17 (1) 2013_12_10_20_28

Nous mettons l’annexe sur un ponton à côté de celui de l’arrivée des ferrys et trouvons un aluguer pick up qui nous embarque tous dans la benne arrière pour nous monter jusqu’en haut de la montagne et nous récupérera en fin de balade !
Le paysage est absolument magnifique ! Encore une fois, nous sommes surpris par les odeurs de la montagne ! On se croirait dans nos Alpes, même les vaches et la fraîcheur y sont !

image image

Le panorama est grandiose, et l’arrivée en haut de la montagne est majestueuse !! Nous découvrons une mer de nuage sous nos pieds !! Une pause s’impose ! On se sent tout petit ! Les choses sérieuses commencent, la descente !! Il doit y avoir 800 m de dénivelé, courage et même pas mal quand nos jambes commencent à flageller !

2013_12_10_20_18 image

C’est incroyable toutes ces cultures, pas un m2 de la montagne qui ne soit pas cultivé, des cannes à sucre, des choux, des carottes, des bananiers, tout est verdoyant et humide. Le contraste des couleurs est saisissant ! Nous tombons sur des caféiers, et découvrons comment est pilé le café par les femmes du village. Antoine en aura profité pour moudre lui-même du café pris en souvenir pour la famille.

image image

Nous arrivons proche de la fin de notre balade, quasi 4 heures de marche auront été nécessaires pour venir à bout de cette descente. Les garçons n’en peuvent plus, Pacôme est un warrior, il a tout descendu sans un mot ! (le pauvre, il aura quand même eu une ampoule plus grosse que son petit orteil lui-même et aura eu à être porté pendant deux jours à bord tant il a eu mal partout !!… Parents indignes ?!) Yessss, l’aluguer vient nous récupérer dans le village voisin, on va enfin pouvoir s’asseoir et admirer le reste de l’île, le temps de revenir au bateau ! Si nous avions pu, nous serions restés sur cette île une bonne semaine, tant elle est riche et belle !! A voir absolument !

image 2013_12_10_21_29 (1)

Nous quittons Tiago et Gabriella que nous avons pris plaisir à rencontrer, et espérons pouvoir les revoir de l’autre côté… qui sais ?!  Ils sont les bienvenus !

L’heure est venue pour nous de quitter Mindelo et Nausicaa par la même occasion ! Nous devons partir en direction de l’ile de Santiago, mouillage de Tarrafal où nous attendrons Marc et Christiane, le couple qui doit nous rejoindre pour la transat. Nous laissons partir Nausicaa à bord d’un vieux rafio espagnol rouge sur lequel elle a craqué, et se rendant directement en Guadeloupe. Devant être au Mexique pour un stage à la mi-janvier, cette solution s’est avérée meilleure que La Barbade où nous lui avions proposé de la déposer. Malo est affecté par ce départ, il s’était attaché à elle et espérait bien qu’elle passerait Noël avec nous… Nous lui expliquons qu’ainsi va la vie et que chacun a sa route… Qu’il faut garder et prendre le meilleur de chaque rencontre… Nous ne lui cachons pas que pour nous aussi il est difficile de quitter certaines personnes…

2013_12_10_20_33
Nous rejoignons Tarrafal en 18 heures au lieu des 24 que nous avions prévus !! On cartonne à 7 nœuds de moyenne, avec des pointes à 9, une fois Cataja lancé, difficile de l’arrêter ! 🙂 Nos amis Timacle, sont eux depuis plusieurs jours dans ce mouillage, et nous sommes heureux de les retrouver après ces jours sans eux. L’endroit est plutôt joli, très bien abrité de la houle mais pas du tout du vent ! Les rafales se font sentir à 25 nœuds, heureusement que nous sommes bien accrochés !

2013_12_14_13_28

A peine descendus à terre, nous découvrons le petit « racket » organisé par les locaux. Impossible de laisser l’annexe sans payer un « gardien » à coup de 200 escudos (2 euros) pour quelques heures ou 400 escudos (4 euros) pour la journée ! Et il a été malheureusement vérifié par nos amis Timacle qu’en cas de non-paiement (pourtant sur les conseils d’un certain Pedro, justement un de ces gardiens), que le vol est manifeste ! Rien de bien grave bien sûr mais des cordages quand même bien utiles pour s’amarrer ! Nous nous demandons qui vole qui d’ailleurs ?! Tous ces gardiens se tirent dans les pattes, c’est vraiment chacun pour soi, et ça rend l’atmosphère vraiment désagréable ! Ces mêmes hommes vous proposent toutes sortes de services d’ailleurs aussi à bord, vente de poisson, service de linge (attention vous ne récupérerez pas forcément tout  et c’est très cher!), service de nettoyage de coques (40 euros pour notre cata, travail nickel chez nous, même prix pour Timacle mais il a dû leur faire refaire car ils ne pensaient pas que Benoît irait vérifier ), service de bidonnage d’eau et de gasoil (alors là ils ont fumé, ils vous vendent 200 litres d’eau pour 20 euros !! Il vaut mieux aller voir à terre directement, acheter à quelqu’un l’eau et bidonner soi-même)… Attention donc à ne pas tout accepter !
Timacle, en sera revenu de l’entente superficielle avec Pedro, qui ne ratera pas une occasion de vous « avoir » et de ne pas respecter ses engagements, de notre côté nous sommes plutôt satisfaits des services de Nazou (mais nous déplorons tout de même le vol de chaussures dans l’annexe malgré sa présence…) présent sur la plage et s’occupant de notre annexe ou de nous trouver un véhicule pour nous rendre aux courses ou à Praia.

Vendredi 13 décembre, 6h du matin, Marc et Christiane sont arrivés à destination, ils attendent sur la plage qu’Antoine viennent les chercher. Leur voyage aura été plutôt épique et ils sont bien contents d’être arrivés !

2013_12_14_13_32 2013_12_14_13_24

Seule ombre au tableau, ils n’ont réceptionné qu’un bagage au lieu des trois !! Qui a dit que le vendredi 13 portait malheur ?? Christiane se retrouve donc sans affaire, et je me retrouve sans toutes les surprises et achats faits par ma petite maman ou la famille pour Noël…  Les bagages sont censés arrivés sous deux jours… Censés car à l’heure où je vous écris ces mots, à notre grand désespoir, et après nous être faits les 150 km aller/retour en montagne, les valises ne sont pas arrivées… On repassera donc pour le sérieux de Royal Air Maroc ! Des familles entières se retrouvent sans aucun bagage !! Et personne de la compagnie ne semble s’en soucier le moins du monde ! Nous avons donc Christiane et moi, le moral en berne, nous ne pouvons qu’attendre… Le temps passe, nous sommes bloqués également par la météo, car un méchant coup de vent à 40 nœuds est annoncé sur le Cap Vert, nous ne pourrons partir qu’après… Si j’appréhende toujours autant la transat, il nous tarde à tous d’être de l’autre côté !

2013_12_16_14_ 0 2013_12_16_21_ 4

Mardi 17 décembre, une page se tourne, nos amis Timacle viennent de larguer les amarres pour faire route vers le Brésil… Nous nous disons aurevoirs… Nous les saluons et les regardons s’éloigner… C’est un sentiment étrange… Voilà 2 mois et demi que nous naviguions ensemble, ça fait un petit pincement au cœur… Quelques larmes aussi se dessinent sur nos visages. Nos routes se recroiseront peut être et nous aurons alors pleins de nouvelles choses à nous raconter, qui sait ?…

DSC_0072

Mercredi18 décembre, yesssss!! Malgré un déluge sans nom, une pluie battante et un vent forcissant, Marc et Christiane ont pu récupérer les bagages à l’aéroport, après un trajet épique dans un aluguer fou et blindé de monde!! 19 personnes dans une voiture faite pour 10 personnes pour un trajet d’1h30, qui dit mieux??! A leur retour, le soulagement se lit sur nos visages à tous, Christiane va enfin pouvoir s’habiller 🙂 et je peux enfin découvrir mes petites affaires! … C’est un beau jour de pluie finalement! 🙂 Nous en profitons pour nous faire des parties de cartes endiablées, ou un joyeux chahut règne à bord entre les rires, les vacheries, la joie des gagnants et la déception des perdants! Les garçons et nous même sommes heureux d’avoir nos nouveaux équipiers à bord 🙂

Allez, la météo semble se calmer, nous prévoyons de nous arrêter à l’île de Fogo pour un dernier arrêt avant notre départ en transat samedi!! Plus de retour possible, cette fois c’est la bonne! Rendez vous dans quelques semaines à tous de l’autre côté sous les cocotiers! 🙂 hihi

Laissez nous un commentaire si vous le souhaitez!:)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s