Pani pwoblem!! Bienvenue en Martinique!

L’arrivée vers la Martinique aura été musclée ! 3 heures de navigation houleuse à supporter les montées et descentes et surtout les fortes rafales ! Ce couloir est semble-t-il connu pour ces difficultés… Mais voyons le bon côté des choses, ça ne durera pas longtemps! Et d’ailleurs, hop ça y est nous arrivons à proximité du rocher du Diamant et enfin le temps se calme ! On souffle un peu et nous mangerons mieux ce soir ce que nos estomacs ont eu du mal à digérer ce midi!
En approche, nous tentons de joindre nos bateaux copains Grégal et Scarlett qui devraient être dans le coin mais dont nos appels Vhf restent sans réponse. Direction Grande Anse d’Arlet, nous y faisons un tour de repérage, le mouillage se fait sur bouée (censée être payante mais où personne ne vient demander quoique ce soit, vive les Antilles!), il nous semble apercevoir les bateaux copains et à l’arrivée un bruit de trompette se fait entendre… Yes !!! C’est le bateau de Thomas et Mandy ! Nous les avons retrouvés, Carole et Jean Laurent, viennent nous rejoindre eux aussi quelques minutes plus tard et hop voici les retrouvailles à bord de Cataja ! Nous nous étions quittés aux Canaries en octobre dernier, qu’il est bon de retrouver des visages familiers ! Vite reprenons nos habitudes !!! Apéro time dès ce soir 🙂

image image

Ça papote, ça papote…  Alors cette transat ?… Chacun raconte comment s’est passée sa transat et son arrivée… Les conditions météo, le ressenti des uns et des autres, et finalement nous ne sommes pas les seuls à avoir été étonné de la traversée, plus mouvementée que ce qui avait été lu dans les magazines ou dit par d’autres bateaux… Finalement, et contre toute attente c’est Thomas et Mandy partis début novembre qui s’en sont le mieux sortis côté météo ! Pourtant d’après les professionnels il vaut mieux entamer une transat entre décembre et février pour les alizés… Comme quoi rien n’est jamais sûr!

image

Nous attendrons le lendemain pour effectuer nos formalités d’entrée à petite Anse d’Arlet, petit bourg aux maisons créoles où 10 minutes plus tard tout est en ordre!  A nous les baignades dans cette eau claire, le pmt (palme masque tuba) avec les garçons et les parties de paddle tracté! Antoine s’entraine à la pêche au harpon et nous apprécions le calme du mouillage.

image

Après une bonne nuit de sommeil et concertation avec les bateaux copains, nous décidons de quitter cette anse pour nous rendre un peu plus haut, aux dires de Thomas dans une crique magnifique mais ayant peu de place… Une chance, les bateaux précédents ont libéré l’espace… Nous nous retrouvons à avoir ce petit paradis pour nous tout seuls !! Waouh ! Thomas avait raison, c’est tout simplement superbe ! Une végétation luxuriante, des cocotiers, une eau limpide… Bienvenue à Anse Noire!

image

image

Les garçons sont tout excités, ils ne tardent pas à sauter à l’eau pour y découvrir les fonds et rejoindre le ponton, qui servira de plongeoir pour toute la famille.

image image

Nous reprenons nos habitudes et profitons du paddle. Voilà bien longtemps que nous n’avions pas eu une destination au calme à l’eau claire pour se bouger un peu les fesses ! Il est bon de nous remuscler un peu et de commencer à nous renflouer un chouille ! Même les copains l’ont remarqué… Nous avons perdu Antoine et moi 6 kg chacun depuis le Sénégal !! La faute certainement au régime alimentaire plus que draconien tenu depuis Dakar ! Sans le vouloir et par la force des choses au vue de la nourriture du coin, nous nous sommes envolés ! Avis à tous ceux qui souhaiteraient se voir fondre, plus de viande, plus de yaourt, plus de fromage, peu de pain, pas de dessert et hop le tour est joué ! C’est sûrement moins radical qu’une transat en plus!
Nous n’avons que peu de temps à passer avec les amis car chacun y va de sa route, nous en profitons pour nous rendre ensemble au marché de Fort de France. Nous mouillons dans la rade même à côté du fort et n’avons qu’à poser tranquillement l’annexe au ponton aménagé pour descendre à terre. Je suis surprise par la ville de Fort de France, je m’attendais à retrouver une ville, je veux dire une vrai ville, avec des enseignes connues, et similaires à une capitale… Bon, force est de constaté que ce n’est pas tout à fait ça… Il y a bien des magasins, quelques noms connus mais tout est en miniature et il y a beaucoup plus de boutiques un peu « cheap » qu’autre chose… On y vend beaucoup de babioles … Vive le tourisme! …

image

De toute façon, nous venons ici pour le marché, réputé pas cher, et effectivement nous constatons que les prix sont tout à fait cohérents. Il est plein de couleurs et d’odeurs ! Nous déambulons au milieu des étals et découvrons les fruits locaux, de la carambole à la jolie forme étoilée une fois coupée, à la goyave, la pomme d’eau à la peau rouge sombre ou encore la tant attendue noix de coco bien connue ! Nos sens sont en éveil et nous ne sommes pas en reste côté épices ! Nous découvrons l’odeur poivrée du curcuma ressemblant bizarrement à un ver digne de Koh Lanta, retrouvons celle de la douce cannelle, ou encore celle de la vanille utilisée dans leur rhum… Hmmm c’est un plaisir olfactif et visuel, tellement différent encore des marchés de chez nous ! L’ambiance aussi y est dépaysante! Doudou par si, chéri chérie (prononcé plutôt chéwi chéwie) par là… On adore !! Ça y est on est en Martinique! Nous découvrons aussi leur tissu et artisanat local… Bon euh on repassera sur la tasse au joli dessin de tortue achetée par Malo et à l’effigie de l’île, découverte Made in china une fois rentré au bateau… Que c’est bon de faire marcher le commerce local !!

image image

image

Il est temps de rentrer au bateau, ah mais oui, hmmm, attendez attendez, c’est bien une odeur de poulet qui nous appelle ! Antoine se remémore ses souvenirs d’enfance guyanaise et tient à nous faire goûter « the » fameux poulet boucané (poulet cuit uniquement à la fumée et assaisonné d’épices diverses) ! On sait ce qu’on mangera ce soir!

Après cette escale à terre, nous reprenons le chemin de notre petite anse noire, où nous déposerons aussi Marc et Christiane, pour qui le retour approche. Nous aurons passé un peu plus d’un mois ensemble, et tout se sera bien passé! Pas de crêpage de chignon, pas de prise de tête, mais bien du soutien, de la bonne humeur et le passage d’un rêve ou d’un mal nécessaire pour arriver au paradis, ça dépend de chacun, passés ensemble.
Petite parenthèse à ce sujet, pour nous qui recherchions une solution « idéale » pour notre transat, celle des co-équipiers et grâce à la bonne entente et au respect dont chacun a fait preuve, aura été ce qu’il nous fallait! Nous aurions, avec du recul et après notre traversée de 7 jours vers le Sénégal pu réaliser ce challenge juste en famille. Nous en avions conscience, car Antoine et moi nous étions aperçus que nous étions capables de gérer les quarts, la fatigue, la navigation et les enfants! Mais cette solution nous aura avant tout permis de pouvoir passer du temps ensemble, chose plus difficile en nave vers le Sénégal, pour raison de quarts interminables jours et nuits pour que chacun puisse récupérer!
Nous continuons notre périple par une escale au mouillage de Saint Pierre, cette ville complètement détruite lors de l’éruption de la montagne pelée en 1902.

image image

30000 morts en quelques secondes et un rescapé ou plutôt deux pour être exact! Des prisonniers sauvés grâce à leur cachot, mais seul l’un des deux a choisi de se faire connaitre, Cyparis, qui à force d’exhiber ses blessures et brûlures dans des cirques est devenu célèbre.

image

Cette ville autrefois de lumière et réputée pour ses cercles de jeux et de joie diront nous, n’est plus que l’ombre d’elle-même aujourd’hui! Nous ne pouvons qu’admirer cette montagne, si fascinante et pourtant si meurtrière.

image

Mais la ville est désespérément vide et sans chaleur. Tout a été reconstruit mais sans aucun charme, ni même harmonie dans le style. Antoine et Malo, profiterons tout de même des quelques épaves présentes dans la baie et iront notamment en voir une visible entre 5 et 12 mètres de fond en masque et tuba pour y découvrir les trésors.
Nous passerons ensuite quelques nuits à l’Anse Mitan, située à côté du village des Trois Ilets et de ses petites boutiques! Les garçons s’amusent dans cette baie scintillante et Pacôme y fera même ses premières « nages » sans brassards!! Nous pensions d’abord qu’il se noyait et avons accouru vers lui… Mais non, il était simplement sous l’eau à chercher des cailloux, sans même se rendre compte qu’il flottait! Tout fier d’ailleurs de les trouver et de nous les montrer! De mon côté, j’aurai profité de cette escale pour faire le plein de maillots de bain, indispensables à notre quotidien! 🙂

image image

image

Que le temps passe vite, Antoine se rendant en France pour quelques jours, cela a été l’occasion pour ma maman de venir nous rejoindre!

image

Nous la récupérons à Fort de France et entamons dès le lendemain notre descente, en nous arrêtant à Anse noire, à nouveau, puis en direction de Sainte Anne.

image

image

image

Il faut savoir que cette venue aura été un test pour tout le monde et ce n’est pas sans une certaine appréhension que nous accueillons ma petite maman. En effet, nous ne nous sommes pas revus depuis nos aurevoirs fin mai 2013 où elle était venue fêter les 3 ans de Pacôme. La relation à ce moment-là, avait été quelque peu tendue entre nous, et pour cause, comme toute maman, l’inquiétude prenant le dessus, elle m’avouera plus tard à quel point elle nous en voulait de partir et combien elle était énervée après nous… Pour bien mesurer comment son voyage pour nous retrouver est un grand pas, il faut savoir que ma maman a la phobie de l’eau, ce qui vous vous en doutez rend un séjour à bord d’un bateau quelque peu compliqué! Mais, à peine arrivée, elle a fait preuve de beaucoup de courage et de beaucoup d’ouverture d’esprit. Les quelques navigations entreprisent avec elle et ce malgré le côté musclées de celles-ci, auront contre toute attente été d’une zenitude totale!! Elle a apprécié naviguer et nous a même avoué dormir mieux à bord que chez elle!! Une victoire pour nous! Enfin je retrouve ma petite maman, et nous prenons plaisir ensemble à bord de Cataja. Les garçons profitent de leur mamie et la félicite également de ce grand pas! Ils savent combien c’est difficile pour elle d’être entourée d’eau, alors imaginez leur fierté et la mienne quand elle a accepté et bien sûr réussi à profiter d’une balade en paddle en ma compagnie!

image

Nous en profitons pour passer du temps à terre également et partons visiter les jardins de Balata, un dépaysement total. Elle a hâte de venir nous retrouver sur d’autres destinations à présent, et c’est bien là, le plus beau cadeau qu’elle pouvait me faire!

image

image image

image

Nous voici au jeudi 6 février 2014, ma maman repart demain, Antoine rentre tout à l’heure et surprise, toute la famille est au courant sauf Antoine, nous accueillons ce soir Florian et Maeva. C’est dans le plus grand secret que nous avons organisé leur venue et je trépigne d’impatience de voir la tête d’Antoine quand il le verra. Florian est un ami que nous connaissons depuis 10 ans, pour qui mon doudou tournait des courts métrages (Systemd Prod sur Facebook) et nos aurevoirs l’an dernier avaient été déchirant. 17h30, nous voilà de retour à la marina, nous passons la soirée à papoter, nous essayons tant bien que mal de faire durer, Antoine commence à fatiguer avec le décalage horaire, il n’a qu’une envie… dormir!! Pour moi le défi est de le faire tenir jusqu’aux alentours de 22h, heure à laquelle Florian devrait arriver en taxi! 21h, mon doudou souhaite aller se coucher… « Oh non, je sais que tu es fatigué mais il faut qu’on sorte les poubelles (très glamour, j’improvise quoi!!) et en même temps on pourrait se promener »… « Doudou, je suis fatigué »… « Allez, s’il te plaiiiiiiit, demain ma maman repart et on ne pourra plus se balader sur les pontons tranquillement… » Ouf!! Il a cédé, je suis sauvée!! Et nous voilà partis sur les pontons, à les arpenter de gauche à droite, avec des « oh t’as vu ce bateau comment il est… et ça sert à quoi ça? », en regardant discretos l’heure… 21h45, il en a assez de traîner sur les pontons, « allez, on rentre, je vais me coucher »… un dernier bateau à côté du notre, je tente le tout pour le tout et pose une dernière question… Et, là, yes!! Malgré ma myopie je vois deux silhouettes dans la pénombre, elles s’approchent, on papote et nous entendons, « ah oui, il est pas mal ce bateau! »… Antoine mettra 30 secondes à réaliser de qui il s’agit, s’étant bien dit qu’il ressemblait à Florian mais que ce n’était pas possible!! Les yeux rouges et humides, le sourire jusqu’aux oreilles, voilà mon doudou qui réalisent enfin et enlace Florian 🙂 Cela aurait mérité d’être filmé! 🙂 En arrivant au bateau c’est toute la famille qui attendait pour voir la tête de Papounet!:) Surprise réussie, que c’est dur de garder un secret et qu’il est bon de se prendre un apéro entre amis!!:)
Vendredi, il est l’heure pour ma maman de rentrer, déjà… Nous faisons un dernier tour à la plage des Salines pour faire un nouveau plein d’images! Nous regrettons que cela ne dure pas plus longtemps, et de ne pas avoir fait plus de navigation pour lui montrer plus de paysages, mais ne sachant pas comment ça se passerait nous avions tous opté pour un début en douceur… Ce n’est que partie remise! Merci pour tes mots maman, merci pour cette « bénédiction ressentie », bon voyage et à tout vite!!

image image

image image

image

Il est temps de faire notre route, Antoine et moi, ressentons une certaine lassitude d’être de ce côté caraïbes de la Martinique, nous avons beau trouver que c’est joli, cela fait des jours et des jours que nous sillonnons les mêmes mouillages. Nous ne trouvons pas le paysage de carte postale que nous imaginions… Nous ne faisons aucune rencontre de voyageurs et nous avons la désagréable sensation de nous retrouver entourés de touristes, un peu comme nous l’avions ressenti à Majorque. Antoine se dit donc, que nous pourrions faire un tour du côté atlantique avec Florian, histoire de découvrir de nouveaux horizons et tenter de leur montrer un maximum de cadres idylliques. Le côté atlantique est réputé dangereux, en raison des cayes (entendez coraux ou rochers affleurant) et cela résume assez bien, les bateaux de location n’ont pas le droit d’y aller! Nous voilà avertis.
Nous entamons notre navigation et mettrons 4h30 à arriver à notre premier mouillage. Un peu fatigués et secoués par cette nave quelque peu mouvementée, vent et houle de face, nous décidons de nous poser au premier ilet rencontré. Bien nous en a pris! Sans le savoir nous découvrirons au ballet de bateaux touristes, que nous sommes à la baignoire de Joséphine! Ce fameux endroit réputé au sable blanc, à l’eau turquoise et où certains dégustent un punch dans l’eau par quelques centimètres de fond. Et bien cet endroit est à nous et à nous seul matin et soir! 🙂

image image

image image

image image

Nous continuerons notre remontée tranquillement au milieu des passes, qui sont sommes toutes assez larges et profondes. Nous ne ressentons pas de danger particulier. La signalisation est plutôt bien faite et notre carte gps claire. Nous profiterons de cette petite semaine avec Florian et Maeva pour découvrir la baie du François, du Robert et l’ilet Chancel! Un espace de jeu superbe et qui ne demande qu’à être découvert!! Enfin, ce que nous recherchions! La beauté, le calme, l’eau claire, et seul au mouillage! Non pas que nous soyons des ermites mais il est appréciable d’être seul ou peu nombreux, plutôt qu’entassés les uns sur les autres. Si nous ne pouvons pas nous permettre ce genre de plaisir en bateau alors comment le pourrions-nous?!

image image

image

image

image

Et voilà une semaine est passée, il est temps pour nos amis de repartir et pour nous de continuer notre route en famille. Ces dernières semaines nous auront fait du bien au moral et auront été riches en émotions. Il serait déplacé de nous plaindre, mais il est vrai que loin de tous, il est parfois pesant et difficile de ne pas pouvoir voir nos familles ou nos amis. Ces derniers nous manquent, la distance et ce que nous vivons ne font qu’amplifier le phénomène. Nous aurions tant de choses à partager avec eux, à leur raconter, mais faute de moyens de communications corrects et financiers, nous ne pouvons faire comme nous le souhaiterions… Alors quand ils viennent à nous pour partager notre aventure, c’est tout simplement des moments uniques!
Nous choisissons de rester encore un peu dans le coin de l’îlet Chancel.

image

image

Toute la famille a eu un véritable coup de cœur pour ce petit paradis! Depuis le début de notre périple, nous le cherchions, nous l’attendions et le guettions, mais jamais encore nous ne l’avions trouvé : notre îlot de Robinson!! Nous passons à présent des heures sur notre île déserte 🙂 Les hommes entreprennent de fabriquer une cabane.

image

image image

image image

Tout d’abord sur la plage avec quelques rondins de bois ayant à priori servi à un radeau, mais malgré toute leur bonne volonté, le résultat n’est pas très solide et s’aventurer la dessous relèverait d’une inconscience totale! 🙂 C’est alors sous un arbre directement que mon doudou décide d’établir, celle qui allait devenir « the » cabane, la plus belle, la plus grande, la plus ingénieuse de toute, que nous avons nommé la « Cabane Ja »! Pas mégalo du tout la famille Janning!! 🙂 Pour y entrer, un mot de passe est nécessaire et quiconque ose y pénétrer sans le prononcer est un homme mort! 🙂

image image

Les pièges et canons sont en place pour l’arrivée des vacanciers, qui comme chaque jour envahissent les lieux de 11 h à 16h! Les garçons guettent depuis leur balançoire ou plutôt de leur corde suspendue, l’arrivée de l’ennemi! Leur avitaillement en bombe de coco est fait, la potion des noix est prête, les coquillages projectiles sont chargés! La longue vue à l’œil, les p’tits pirates scrutent l’horizon. IN-CO-GNI-TO, ils observent sans être vue cachés derrière le feuillage des palmiers…Les loulous n’imaginent plus seulement leurs histoires, ils les vivent pleinement et c’est un bonheur que de les voir ainsi, heureux tout simplement! Il est bon de voir ses enfants vivrent leur vie, évoluer dans un jeu grandeur nature, dont ils sont les héros! Loin de l’enfermement que procure la télé ou les jeux vidéos (très appréciés néanmoins en traversée pour notre tranquillité nous l’avouons! 🙂 ).

Ce passage sur cette île ne fait que nous montrer combien ils ont grandi depuis ces derniers mois et combien ils ont changé, en positif, en autonomie, en communication, et ce que ce soit avec nous ou avec de parfaits étrangers vers qui ils n’hésitent plus à aller pour parler simplement… Cet ilot aura aussi été le témoin des jeux de koh-lanta, tintinlintintin (vous aurez reconnu l’air du générique!) avec diverses épreuves de saut en hauteur ou longueur, la fabrication d’un bateau tenant sur l’eau ou le cassage de noix de coco sous l’ombre des cocotiers!

image image

image image

image image

image

Nous aurons également fait un tour et découvert les iguanes cachés un peu partout dans les arbres, ainsi que les vestiges d’une ancienne briqueterie, dont certaines briques ont été enracinées dans ces arbres centenaires. Non, vraiment nous ne nous lassons pas d’être ici et c’est d’ailleurs bien la première fois que nous restons si longtemps dans un mouillage sans y être obligés pour raison météo ou délai à respecter.

image image

image image

image

C’est aussi sur cette île que nous faisons la connaissance de Corinne et Rodolphe ainsi que de leurs enfants. Ils vivent au Robert depuis des années et ces derniers sont venus en canoë qu’il est possible de louer de l’autre côté de l’île. Nous apprenons que cette famille à elle aussi passé du temps en voyage, et a littéralement fait un tour du monde en camping-car. Waouh! Nous adorons rencontré des gens ayant vécu des choses similaires, c’est toujours tellement riche! Et justement, demain leur fils Antoine a une compétition de surf à Tartane, l’occasion de nous rendre à terre avec des terriens et de faire plus ample connaissance! C’est donc à la baie du Galion, Spoutourne plus exactement, que nous nous donnons rendez-vous. Nous étions passés devant ce mouillage il y a quelques jours avec Florian sans en être convaincu, et avions d’ailleurs fait demi-tour pour remouiller en eau connue! Cette fois, la mer semble plus calme, nous choisissons de nous mettre un peu à l’écart des bateaux, mouillés sur bouée, mangeons un bout et partons rejoindre Corinne et sa famille. Nous avons bien remarqué ce rocher un peu plus loin et la carcasse de bateau gisant dessus, cela nous rappelle étrangement la première galère vécue à Ibiza, dans un mouillage similaire… mais ne soyons pas superstitieux!
Nous profitons de cette belle après-midi, Antoine est tout excité par le fait de pouvoir refaire un peu de surf sur une plage réputée pour ça! L’endroit est sauvage, entouré de falaises et magnifique! Nous avons tous les deux un coup de cœur pour les hauteurs de Tartane et nous disons que pourquoi pas un jour nous installer ici! Les garçons jouent dans les vagues. Corinne et moi papotons encore et encore de leur périple, du notre, des trajets, des galères, des maladies, bref le quotidien qu’il soit à terre ou en mer! Fin de journée, il est temps de rentrer sur Cataja, une dernière visite de leur part, demain nous sommes censés mettre les voiles vers La Dominique, nous nous reverrons cet été 🙂

image

image

17h30, c’est l’heure à laquelle nous sommes revenus à bord et aussi celle où Rodolphe m’a demandé avant de monter dans l’annexe quel était notre bateau… A ce moment-là, j’aurai peut-être dû être plus attentive à l’emplacement de Cataja et remarquer que ce dernier avait bougé… La soirée se passe, nous mangeons, et reparlons de notre journée à la plage, du périple de nos nouveaux amis et des pays qu’ils ont visités. Nous sommes fatigués aussi, que ce soit pour avoir joué dans les vagues, surfé, ou simplement du vent et des embruns présents à Tartane.
20h30 nous couchons les garçons, et allons en faire autant. Nous nous disons qu’il est tout de même trop tôt pour dormir et bouquinons un peu avant d’éteindre… Une nouvelle fois, j’ai un sentiment étrange, le vent souffle en rafale dehors, fort, même au mouillage, je fais la réflexion à Antoine qu’après avoir fini ma page et par précaution, j’irai remettre les clés sur les moteurs au cas où… 2 minutes, c’est le temps qu’il a fallu entre ma réflexion et l’abominable bruit de rochers sous nos coques qui s’est fait entendre, suivi du mouvement du bateau que l’on a senti accroché à quelque chose! Nous sautons tous les deux du lit, attrapons ces fichues clés pour les mettre en place, prenons l’iPad et sortons à toute vitesse dans le cockpit et sur le pont pour nous dégager de là! Voilà comment on se retrouve en petite culotte dans la nuit froide et ventée! Pas besoin de réfléchir à ce qui s’est passé, en ouvrant l’iPad je me rends compte de l’énorme trace de dérapage et du fait que nous sommes tout simplement au beau milieu de la caye que nous avions pris soin d’éviter quelques heures plus tôt! Antoine commence à remonter l’ancre, les moteurs allumés, je scrute nos instruments de bord et ne peut que constater avec effroi que nous touchons, 1 mètre 10 est annoncé mais avec les vagues les 90 cm fatidiques où nous savons que nous talonnons sont atteints!! Le vent souffle, 28 nœuds au mouillage, Antoine me cri d’avancer, je tremble, regarde chaque seconde la profondeur, je lui dis que ça ne passera pas, nous touchons à chaque instant. J’essaie de définir notre position pour savoir vers où nous devons aller, mais l’iPad ne répondant qu’à partir du moment où nous atteignons une certaine vitesse, ne me donne aucune position! J’ai froid, mes doigts tremblent tant que je ne parviens plus à toucher l’écran de l’iPad pour tenter encore et encore d’avoir une position! Pas le choix, me crie Antoine, l’ancre est par là, nous devons y aller… Crrrrrrr, Crrrrrr… Ce bruit résonne encore aujourd’hui dans mon esprit! La nuit est d’encre, seuls quelques éclairages à terre nous permettent de nous orienter un minimum… Je pense au pire, j’ai les larmes aux yeux, je sais que ce rocher aperçu auparavant n’est plus très loin maintenant, je songe à cette superstition et me dis que décidément il faut s’écouter! Nous touchons, bougeons et enfin j’entends l’ancre remontée, Antoine bondit pour reprendre les commandes, nous sommes tous les deux dans le même état de peur, mais je sais qu’Antoine ne le montrera pas comme moi. Comme il me dit toujours, il ne faut pas céder à la panique… « Où est-ce qu’on mouille maintenant? »… Nous ne voyons pas d’autres solutions que celle de faire confiance à nos iPad, et suivre nos traces au millimètre près afin de retourner à notre mouillage de l’îlet Chancel… Dans le noir complet, par 35 nœuds en rafale de face, une houle malgré la barrière de corail, nous peinons et avançons à 3 nœuds, au cas où…
Nous nous sommes chacun revêtu d’un pull et d’un pantalon, d’une veste pour couper le vent, mais rien n’y fait nous avons froid, très froid… Nous parlons peu, nous croisons les doigts pour que les iPad ne nous lâchent pas, et pour ne pas prendre un filet qui pourrait obliger Antoine à aller dans l’eau pour le détacher… Nous nous repassons le film et nous disons que nous avons échappé au pire! Demain nous n’irons pas à la Dominique, Antoine ira voir sous la coque l’étendue des dégâts et nous aviserons. Il nous faut naviguer 2 heures à cette vitesse pour parvenir à notre petit îlet. Nous ne sommes plus qu’à quelques minutes, je tremble encore et encore, d’abord mes mains, puis mes bras et enfin mes jambes qui ne cessent de se dérober, je ne parviens plus à savoir si c’est de froid ou de peur, j’ai mal au ventre, et ai du mal à respirer… J’ai envie de pleurer, de me réveiller en me disant que ce n’était qu’un mauvais rêve. Je pense aux enfants et regarde avec crainte les rochers de la côte. Justement, voilà Cataja qui semble ralentir un court instant, avec comme un moteur qui ralentirait… S’il vous plait, faites qu’il n’y ai pas autre chose qui nous tombe sur la tête. Devant c’est un mur noir que nous avons en guise de ciel, avec d’énormes nuages, un grain en prévision. Le vent se fait de plus en plus fort, je n’ose plus regarder devant… Il nous reste quelques instants avant de trouver abri devant notre îlet. Il nous faut retrouver notre ancien positionnement, ni trop près du ponton ni trop près de la caye du milieu de l’anse… C’est là que nous nous rendons compte que nos deux iPad n’indiquent pas la même chose du tout!! Lequel a raison? Pourquoi c’est maintenant que l’on s’en rend compte?! Pour l’un nous sommes sur terre, déjà, pour l’autre proche du ponton repéré de nuit… Partons sur ça… Nous essayons de distinguer les bouées de repères, les pontons, l’eau plus claire par scintillement à certains endroits, la plage au fond à peine visible, et tout autre signe nous permettant de savoir où poser notre ancre! Heureusement que quelques étoiles sont présentes pour nous apporter un minimum de luminosité! Ca y est, nous voilà installés! Enfin! Nous nous prenons dans les bras, les larmes me coulent, nous nous disons que nous avons gérer ça comme des champions et essayons de nous remettre de nos émotions! Il m’est impossible d’aller dormir, mon taux d’adrénaline est toujours à son comble, j’ai trop peur que notre ancre n’aie pas crocheté et que cela recommence au vue des rafales encore présentes. Nous choisissons de regarder une comédie!! Il faut qu’on se change les idées et surtout ça nous gardera éveillé le temps de voir si tout est en ordre ou non… Heureusement que les enfants eux, ne se doutent de rien et dorment paisiblement…
Notre film fini, nous trouverons enfin le sommeil, non sans un mal de ventre qui me tiraille de l’intérieur… Dès le lendemain matin, c’est au réveil qu’Antoine et Malo, après avoir expliqué aux enfants pourquoi nous ne sommes pas en nave comme nous leur avions dit la veille, descendent vérifier les dégâts sous Cataja… Je tourne en rond, j’attends, l’attente est longue, trop longue, je me demande ce qu’Antoine va m’annoncer… J’imagine le pire et le coût que ça pourrait engendrer… J’entends leur bruit de respiration, les voilà à la surface, Malo à un cordage de filet à la main! Voilà certainement la raison pour laquelle Cataja a ralenti, nous avons bel et bien prit un filet, une chance que nous ne soyons pas parti en traversée avec ça entrelacé dans notre hélice! Puis Antoine, il sort soulagé, « nous n’avons rien doudou! »… « Rien, tu veux dire rien du tout? »… « Rien, juste un peu de peinture écaillée mais rien d’autre, Cataja a super bien géré! »… Je crois que tout se brouille dans mon esprit, je me mets à pleurer, par déferlante!! De joie, de peur, de toute cette tension ressentie depuis hier soir qui enfin peut se relâcher… J’ai toujours ce mal de ventre, des nausées, ce manque d’air mais… non, le voyage n’est pas fini, non nous n’allons pas couler, non nous n’avons rien, non on n’est pas mort! Et oui, on peut croire en notre bonne étoile!! Bon, pour bien nous ramener sur terre, c’est notre Elian qui l’air penaud et désolé nous annonce avoir vomi dans la nuit sans avoir eu le temps d’aller aux toilettes… Hmmm quel charmant spectacle que ce nouveau vaigrage sur le côté de son lit! Tout va bien, je confirme!
Nous nous remettons doucement de cette aventure à elle toute seule, en nous rendant une nouvelle fois sur notre plage de robinson, de retour chez nous:) Tout va bien, le soleil brille, Cataja est à l’abri et nous pouvons souffler. Nous ne partirons que dans quelques jours, toute cette histoire nous ayant bien calmé!

image image

C’est ainsi que nous pourrons rappeler Corinne et Rodolphe, profiter d’un repas avec eux dans leur maison et d’une belle journée à bord. Des moments simples remplis de bonne humeur et de chaleur humaine avec des gens ayant le cœur sur la main qu’il est bon d’avoir rencontré.

image image

Le lendemain, ayant décidé de mettre l’ancre dans la baie du Robert, plus près du centre et de ses possibilités d’avitaillements, nous recevrons également la visite de dernière minute de Geneviève et Jean Jacques. Un couple charmant avec qui nous échangeons depuis janvier suite à l’article paru dans le magazine Bateaux. Jean Jacques ayant ce rêve de partir en bateau et Geneviève ayant toutes les craintes habituelles que nous avons nous les femmes 🙂 Et c’est grâce à leurs vacances prisent en Martinique et où par hasard nous sommes au même moment que nous pouvons nous rencontrer! Des heures à parler et échanger! Nous nous disons avec Antoine que c’est quand même juste génial de pouvoir rencontrer ainsi des personnes si bienveillantes à notre égard que sans notre blog et cette aventure nous n’aurions pas connu! Encore merci à vous tous lecteurs pour le soutien apporté depuis le début et votre suivi!
Nous profitons d’être au Robert pour y louer une voiture pour quelques jours et ne tardons pas à aller nous balader à la Presqu’île de la Caravelle. Jolie réserve où s’entremêlent palétuviers et anse paradisiaque à l’eau limpide protégée de la houle extérieure portant le nom de Baie du Trésor!

image image

image

Nous retournons également à Tartane où Antoine en profite pour une nouvelle session de surf. Malo et Elian étant demandeurs depuis un petit moment d’apprendre le surf, auront eux aussi la possibilité d’en faire durant leur premier cours! Théorie d’abord puis pratique!

image image

Vu de la plage, j’essaie de ne pas montrer, l’inquiétude que j’éprouve à voir mes loulous dans ces vagues, déjà bien grandes pour eux! Ca ne tarde pas, Elian malgré sa bonne volonté quittera le cours au bout de quelques minutes dans l’eau, ayant eu peur. Il préfère jouer dans les vagues mais les pieds sur terre pour le moment 🙂 Quant à Malo, nous aurons avec fierté pu le voir tenir un bon petit moment debout sur sa planche et heureux d’avoir réussi! 🙂 Il semblerait qu’il veuille faire comme papa… je n’ai donc pas fini de m’en faire! 🙂
Notre escale en Martinique touche à sa fin et nous y reviendrons certainement cet été pour quelques semaines. Il est maintenant l’heure de lever l’ancre, une dizaine d’heures nous attendent pour notre prochaine destination… La Dominique!

21 réflexions sur “Pani pwoblem!! Bienvenue en Martinique!

  1. Un grand bonjour,
    Nous ne manquons pas un épisode de votre épopée! Quel plaisir de vous suivre et de vibrer avec vous mais que d’émotion!!! Encore merci et bon vent, nous vous attendons avec impatience….
    Florence & Bernard

    J'aime

  2. Bravo pour cette belle tranche de vie. J’ai ressenti une grande sensibilité pour vos retrouvailles avec maman et le meilleur ami.
    Pour la petite mésaventure, c’est bien ce qui fait que ces voyages sont géniaux, même si sur le moment on rigole pas. Ça me rappelle une tempête entre le continent et la corse où une amie après son quart c’était couchée avec ses chaussures et qui me dit de toute façon je vais mourir, c’était sa première nav. Depuis elle adore. Surtout continuez de nous faire rêver.

    J'aime

    • Je suis heureuse d arriver à transmettre nos émotions:) Ça a effectivement fait beaucoup de bien ce petit séjour familial et amical:) Nous avons bien ri à la lecture de votre message au sujet de votre amie! 🙂 C’est bien résumé!! A bientôt!
      Eurielle et Antoine

      J'aime

  3. Bonsoir les Janning
    Quelques nouvelles d’Eurielle il y a 2 jours, et ce soir, c’est au tour d’Antoine de se mettre au clavier. Que du bonheur !
    Merci à tous les deux de nous faire un peu partager votre odyssée. Elle nous donne envie d’aller voir par nous-même qui de vous deux se rapproche le plus de la réalité. Car vos lignes font transparaitre des ressentis différents et changeants : bonheurs, angoisses, joies, déceptions, rires, larmes…
    Au fond, comme la météo : soleil et pluie, calmes et tempêtes, mer d’huile et déferlantes…

    Bonne continuation

    Amicalement

    François

    J'aime

  4. coucou les chéris
    impressionnant votre aventure ! ça m’a fait pensé à nos mésaventures dans les iles vierges quand j’était enceinte de Clémence ; vos photos me donnent la nostalgie de cette magnifique ile et de nos 2 ans là-bas
    merci de nous faire partager tout ça
    j’étais bien contente d’avoir eu Antoine au téléphone et de savoir qu’on allait pouvoir passer des moments ensemble fin aout ; et j’espère qu’on pourra vous rejoindre quelques jour aux grenadines ?
    je vous embrasse fort et je pense à vous
    mimi

    J'aime

    • Coucou Mimi
      On se réjouit de vous revoir fin août!! et oui c est avec plaisir que nous vous accueillerons aux Grenadines ou ailleurs! A vous de choisir! 🙂
      On vous embrasse fort
      LA tribu

      J'aime

  5. bonjour a vous tous
    quelle aventure mais rassuré d’avoir enfin de vos nouvelles. nous notre voyage pépère sur la Thaïlande et terminé bien. si vous partez sur saint domingue et si c’est prévu monté sur las terrenas les plages sont magnifiques. soyez toujours prudents au plaisir de vous lire

    J'aime

    • Bonjour Pietra, et oui nous mettons du temps à publier, les connexions internet étant ce qu’elles sont aux Antilles 😦 Toute la famille se porte bien malgré quelques frayeurs! Ça nous donne encore plus envie de continuer, et nous fait nous rendre compte un peu plus encore de la chance que nous avons! Nous espérons que votre séjour a été idéal! A très bientôt Pietra
      Eurielle et Antoine

      J'aime

  6. C’est toujours avec plaisir que je suis vos aventures! J’ai retrouvé des endroits connus puisque nous avions visité la Martinique il y a longtemps déjà! Bon vent pour la Dominique!
    Amicalement
    Anne marie Delon

    J'aime

  7. Sacre robinson crusoe! Avec vos aventures rocambolesques, nous aussi bientot allons imiter dicaprio a la plage de koh phi phi! Petite aventure a notre taille.continuer a ecrire votre livre d aventures sans oublier les photos.gros bisous a vous tous les moussaillons

    J'aime

  8. Waouh !!! Nous on est allé « tranquillement » faire un tour de vélo au soleil du côté des étangs et on n’a même pas croisé de taureau… Les vacances commencent entre escalade, baignades au grand bleu et grillades à l’entrée de la grotte de l’Hortus (avec descente de nuit à la frontale)… Et la semaine prochaine, c’est ski pour les petits et camping-car et moto pour les grands ! Bises

    J'aime

    • Hey!! Coucou la petite famille!! Heureux de vous lire!;) dites vous avez skype ou pas, réponds moi par mail que je vous donne le notre pour se capter une fois de temps a autre!;) c est bien le vélo « tranquille!! » Hihi profitez bien!! On vous embrasse
      Fort!!:)

      J'aime

  9. Alala!! Je suis toujours aussi friande de lire vos aventures, j’ai l’impression de revivre ces moments mais avec vous cette fois! 🙂 Vous m’impressionnez surtout par tant de courage et de force, vraiment, cette aventure est extraordinaire en tout point!

    En tout cas je croise toujours les doigts pour que votre bonne étoile continue de vous suivre ainsi, mais vous êtes de vrais survivants koh lantais, vous gérez très bien tout ça seuls :))

    Je vous fais de gros bisous de Saint-just, où le printemps commence à nous réchauffer un peu 🙂

    J'aime

    • Coucou Sonia!!
      Et oui on est les grands vainqueurs de la saison 2014!!;) tout va super bien, on se régale malgré nos frayeurs! On lâche rien;)
      Tu nous manques Sonia, viiiiens!!;)
      On te fais de gros bisous
      La tribu des Ja

      J'aime

  10. Pani pwoblem !!! Ca résume bien 😉 .
    C’est toujours un plaisir de vous lire, de voir vos garçons grandir et s’épanouir, de partager ces moments intenses tant dans le bonheur que dans la crainte.
    De nos (mes)aventures nautiques, nous avons retenu une chose : Toujours faire confiance à son « 6ème » sens … Mais, il faut pas être superstitieux, ça porte malheur 🙂

    Merci aussi pour la sincérité de ton discours. Nous sommes rassurés de voir que nous ne sommes pas un cas isolé… Et oui, nous vivons aussi en ce moment ces « tensions familiales » d’avant départ. Nous sommes heureux de lire à travers votre expérience que le temps va faire son œuvre….
    Bonne route, continuez à nous régaler et RDV l’année prochaine (si vous êtes toujours aux Antilles).
    Ti’Amaraa & Cataja au mouillage ce serait sympa, non ?

    J'aime

    • Hehe… On prête de plus en plus attention a notre 6 eme sens!! C est un bon radar en general…;)
      Ça serait chouette de se retrouver au mouillage! On ne sait pas où nous serons, c est justement le début du questionnement sur la suite a donner…
      On vous embrasse!

      J'aime

Laissez nous un commentaire si vous le souhaitez!:)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s