La Gwada et les Saintes, on y retourne…

Dimanche 16 Juillet, nous nous réveillons tranquillement et voyons que nos amis Timacle sont arrivés dans la nuit 🙂 Souvenez vous, nous nous étions rencontrés en 2013 aux Canaries, avions fait route ensemble vers le Sénégal et le Cap Vert avant de nous séparer pour la transat. Depuis nous nous sommes retrouvés à St Barth et faisons chacun nos saisons, eux au mouillage de Gustavia et nous à celui de Corossol 🙂 Mais c’est la première fois depuis notre rencontre que nous avons l’occasion de renaviguer un peu ensemble, et ça nous fait plaisir!! C’est donc tout sourire que les deux équipages se retrouvent. Et nous ne tardons pas à nous dire que nous pourrions explorer les îlots du nord de la Guadeloupe. Voilà un moment que nous voulons les faire et qu’à chaque fois le temps ne le permet pas! Nous voilà donc partis, et si la mer est belle au départ, elle le devient de moins en moins en nous approchant du nord…

enlight1049-2

On insiste un peu, ça a l’air si beau sur les photos que nous avons vu… Mais c’est peine perdue, après 1h30 de nave, nous décidons de faire demi tour… Nous sommes là où l’eau devrait déjà être belle et elle ne l’est pas, tant elle est brassée par le vent qui ne faiblit pas… Bon, décidément pas facile de voir ces lieux par beau temps! Tant pis, nous essayons pour la peine notre drone en mode « suivi de navigation », on avance à deux à l’heure, c’est l’occasion de nous suivre! On croise les doigts et on serre les fesses pour qu’il ne tombe pas à l’eau, mais on est content du résultat 🙂

 

Nous nous rabattons ensuite sur la magnifique plage de Deshaies que nous n’avions encore jamais vu! Elle est superbe!! Son sable presque ocre contraste avec le vert de ses arbres touffus, et le ciel passant du bleu ciel au gris foncé une fois la pluie venue crée des couleurs encore plus belle! Nous avons même droit à un double arc en ciel faisant rêver petits et grands! Tout le monde profite des lieux, les enfants comme les parents, avant de regagner notre mouillage à 5 minutes de là!

 

Lundi, nous surveillons de prêt la nouvelle dépression tropicale Don qui prévoit de passer plus au sud mais qui pourrait générer des rafales jusqu’en Guadeloupe. A peine une semaine après celle qui nous a donné quelques sueurs froides, nous recommençons à regarder météo et carte pour savoir quel est le meilleur abri… Décision est prise d’aller aux Saintes. Un vent annoncé un peu plus fort qu’à Deshaies mais un mouillage sur bouée « sûr » car controlé par la réserve et un effet venturi moindre qu’à Deshaies qui devient déjà plus rafaleux. C’est parti pour 5h30 de navigation 🙂 Par sécurité nous prenons 3 ris, nous connaissons bien à présent les effets sur l’île de la Guadeloupe et les endroits où l’on peut se prendre une bonne « claque »! On appuie aux moteurs les 3 premières heures, puis une fois dans le chenal nous pouvons y aller à la voile! 2 ris et un bout de génois sont suffisants pour les 28 nœuds apparents que nous avons. Nous arrivons même à faire route directe! Ça compense la mer hachée et levée que nous avons en sortie de chenal!

C’est à Terre de Haut que nous trouvons refuge, on se met au plus prêt de la terre pour être le mieux abrité possible! Et les lieux sont super mignons!

 

C’est un nouvel angle de vue que nous avons par rapport aux autres années où nous sommes venus ici. Et cette fois d’ailleurs nous en profitons pour découvrir un peu plus en profondeur les ruelles de cette île! Nous ne l’avions jamais fait! Nous nous étions toujours arrêtés à la place touristique et n’avions même jamais visité le fort Napoléon sur les hauteurs de l’île.

 

Alors c’est parti, voici nos deux équipages en basket et prêt à partir à l’assaut du fort! 🙂 Les garçons ont sorti leurs épées pour l’occasion 🙂 Après à peine une demi heure de montée, nous y sommes, à 114 mètres d’altitude précisément et devant une belle forteresse!!

 

Il a été bâti sur l’emplacement du premier fort appelé Fort Louis qui fut détruit par les Anglais en 1809. Il a été reconstruit et achevé en 1864 et nommé Fort Napoléon en l’honneur de Napoléon III qui n’est d’ailleurs jamais venu aux Saintes. Nous suivons la guide, qui nous explique que les lieux n’ont jamais servi pour la bataille, puisque les tensions entre l’Angleterre et la France s’étaient apaisées alors que la construction du fort été à peine finie! Les lieux ont par contre servi de pénitencier pour les opposants politiques qui étaient ensuite envoyés aux Îles du salut en Guyane.

Le fort actuellement est surtout un musée sur l’histoire et la vie des Saintes d’hier à aujourd’hui… On y retrouve les techniques de pêches, les poissons du coin, l’artisanat local, du mobilier ancien, des maquettes de bateau du temps de l’Amiral Rodney, encore lui, des explications sur la faune et la flore… Tout un tas de choses pas inintéressantes mais peu en rapport avec les histoires de pirates que nous attendions! Pas grave, ça n’empêche pas les enfants de jouer avec leurs armes, ça court, ça crie, ça se fait prisonnier, pendant que nous admirons la vue sur les différentes baies des Saintes.

 

Allez, redescente, repas, sieste, glace, haha oh oui trop bon ça!! Nous passons la dernière nuit sur l’îlet Cabri pour varier les plaisirs, nous offrons un bon petit barbecue, voilà une éternité que nous n’en n’avions pas fait, et prenons la route vers Pointe à Pitre dès le lendemain. La navigation n’est pas des plus agréable, et si nous cartonnons au départ à 8 nœuds de vitesse, suivi par Timacle, nous sommes vite rattrapés par une succession de grains qui nous calme autant qu’ils nous ralentisse! Obligés de réduire la voilure, nous ne pouvons qu’attendre que la pluie, la brume, la houle et les 30 nœuds passent à chaque fois… On gère, on en sourit, mais c’est fatiguant. Nous sommes bien contents d’être arrivés à l’îlet Cochon et de nous reposer! L’escale ici n’est faite que pour nous permettre de faire quelques achats pour Cataja et un avitaillement, car depuis Porto Rico on commence à manquer de vivre 🙂 Nous pensions pouvoir faire l’ascension de la Souffrière, mais encore une fois, le temps ne le permet pas… Peut être que cela sera partie remise!

 

Samedi 23 Juillet, nous rejoignons le mouillage du Gosier, que Timacle ne connaît pas et y restons pour la nuit. Au programme moment relax allongés sur le sable au bord de l’eau, rires et papotages sous le soleil…

enlight1133

Demain, cap sur Marie Galante! 🙂

Retrouvez toutes les photos en cliquant ici 🙂

Une réflexion sur “La Gwada et les Saintes, on y retourne…

  1. Lorsque je regarde vos photos j’ai toujours l’impression que vous visitez des lieux inhabités. Où se trouvent donc les habitants de ces jolies maisons ??? Y allez vous à l’heure de la sieste ? 😀 Je constate que la navigation n’est pas de tout repos et pas toujours source de plaisir. Lorsque je vous lis, il y a des moments où je me dis que l’on est pas si mal les 2 pieds sur terre et que je préfère vivre ces aventures par procuration. On est peu de chose face aux forces de la nature. Je vous trouve bien courageux de les affrontés. En tout cas, soyez prudents et bon vent.

    J'aime

Laissez nous un commentaire si vous le souhaitez!:)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s