Officiellement GRdistes! 7ème au 9ème jour…

JOUR 7
Col d’Harrieta – Saint Étienne de Baigorry
10 km – 5 heures – 336 D+ 986 D-

La nuit a été bonne, fraîche mais bonne! Le petit déjeuner se fait avec une vue magnifique, on remballe le tout doucement.

9h, top départ pour la première montée à travers la forêt magique! Et ça grimpe raide de chez raide! Comme chacun de nos départs d’ailleurs !!

Mais à peine sortis des bois, le paysage est spectaculaire! Les rapaces toujours plus près, à faire le show. On est en admiration devant la beauté qui nous s’offre à nous…

Très vite nous sommes tout de même concentrés sur les descentes qui nous attendent et qui s’avèrent être tout aussi pentues que la montée et les chemins pierreux! La météo est pour le moment stable mais à surveiller…
Les falaises sont tout à côté, heureusement que les fougères atténuent l’effet du vertige!

Pour autant je regarde droit devant moi, un pied devant l’autre sur les étroits passages… L’entretien du GR est simple en fait, c’est nous randonneurs qui à force de passer et repasser faisons que les chemins restent praticables !! C’est la réflexion que nous nous faisons! 🙂 Nous sommes pour le moment tous les 4 à souffrir ensemble!


Les nuages se rapprochent, on ne sait plus s’il faut garder ou non nos ponchos… L’humidité de la brume se fait sentir, il nous faut nous dépêcher de descendre ce pierrier qui n’en finit pas! Nos sacs nous pèsent, nos plantes de pieds chauffent, les douleurs se font sentir! Pas le temps de nous arrêter pour respirer un peu, pratiquer ce chemin sous la pluie rendrait les choses plus ardues encore!

En route, un petit moment magique nous est octroyé! Nous rencontrons un petit groupe de shetlands. Il y a un bébé, il est juste trop mignon! Nous n’en n’avons jamais vu de si petit. On dirait un lilliputien! Il court derrière sa mère et va téter. On est comme des enfants devant ce spectacle. C’est cadeau!

Mais de courte durée… Quelques gouttes se font sentir, nous ne pouvons rester plus longtemps… Nous commençons à comprendre qu’en montagne, nous ne pouvons à notre sens jamais être vraiment serein. Le temps est imprévisible, et en l’espace d’un instant, tout peut changer, même si le ciel est bleu et sans nuage, il faut se méfier! Et lorsque le terrain est déjà quelque peu périlleux, mieux vaut ne pas traîner pour ne pas s’ajouter un risque supplémentaire de glissade ou de se perdre dans la brume ou sous la pluie ! Nous continuons donc notre route pour arriver fourbu au camping de Saint Etienne de Baigorry! Il est 14h, on a faim, on a mal aux jambes, on veut se poser! Notre emplacement n’est pas top top !! Le camping municipal se situe à l’arrière de l’Intermarché et de son parking, et des engins de chantiers sont stockés en face de nous… Le rêve hein ?!! Ça nous change de nos précédents bivouacs! Mais bon ça fait partie du jeu, à 4 euros par personne ne fallait pas s’attendre à un palace non plus… Au moins la pelouse est agréable, la douche au bout de l’allée et on va pouvoir faire nos petites courses pour l’apéro dinatoire prévu dès que Magalie et Jeremy nous auront rejoint!
La sieste tombe à pic, enfin une sieste!! La journée est finie, on peut se laisser aller! Mes pieds et mes cuisses me font très mal. Bonjour la démarche en canard comme vous allez pouvoir le constater dans la vidéo prise à mon insu par un dénommé Doudou !! Je tiens à préciser que bons nombres de marcheurs ont la même dégaine que moi hein, une fois le soir venu !!! 🙂

Il n’empêche que je ne sais pas ce que j’ai mais j’ai beaucoup de difficultés à plier mes jambes, la droite en particulier, qui est bien gonflée au-dessus du genou… M’abaisser pour rentrer dans la tente est un supplice… Je me masse, bien contente d’avoir emmené du baume du tigre, pourvu que ça passe!
La soirée se déroule tranquillement, on ne se laisse pas abattre, avec une bonne boustifaille entre copains!

JOUR 8
Saint Etienne de Baigorry – Saint Jean Pied de Port
19 km – 7h15 – 859 D+ 864 D-

Le réveil est dur dur ce matin! Malgré les boules quies, nous avons été réveillé à 4h du matin par les livreurs de l’Intermarché et leur déchargement !! Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne se soucient pas de notre bien-être ni de celui des autres campeurs !! Grrrrr!!!!
Je ne suis pas motivée ce matin, limite énervée, en mode « j’sais pas c’que j’ai »… Ma jambe m’a lancé toute la nuit… Je sais qu’on a toujours un peu de mal le matin, nous sommes des diesels, une fois lancé au bout d’une heure nous trouvons notre rythme mais là, je n’ai pas envie! On attaque comme d’habitude par une satanée montée !!! Mes jambes sont lourdes, ma cuisse est douloureuse à chaque mouvement et est toujours gonflée, ma voûte plantaire et mes ampoules ne me laissent pas tranquille. 😦
19 km, c’est ce qui nous attend aujourd’hui, et Magalie et Jeremy qui viennent de nous rejoindre en chemin, sont de la même humeur. On sent les efforts de la veille et nos corps se montrent fatigués, ce n’est pas ce qui va nous aider à gravir les 27% d’inclinaison d’une nouvelle montée! Le paysage varie nettement moins qu’hier. Voilà que je suis d’humeur râleuse comme vous pouvez le lire !! Et encore vous n’avez pas le son 😉
Le dénivelé est important ce jour, 859 mètres positifs et autant de négatif. Plus on monte plus on voit au loin le chemin parcouru jusqu’à présent… Waouh !! On s’impressionne nous-même, ça paraît fou de voir d’où nous sommes partis et où nous sommes à présent… 🙂 Il y a des instants comme ça où l’on réalise mieux que d’autres la mini aventure que nous vivons tous les deux, au cœur de cette nature montagneuse!

Après une matinée de marche nous arrivons enfin sous le Pic Munhoa situé à 1021 mètres. L’heure est à la pause repas bien méritée! Pic Nic tous les 4 sous notre rocher, où l’on essaie de trouver un peu d’ombre! Il fait chaud, on crame mais on reprend un peu de force!

A partir du pic, il n’y a plus que de la descente, que nous appréhendons tous un peu. Mais elle est finalement plutôt soft comparé à ce qu’on a déjà pu faire !! C’est bon pour le moral !! Sous le caniard, la dernière heure est difficile mentalement et physiquement comme à chaque fois.

On a envie d’abandonner nos sacs, on rêve de la douche et du repos du guerrier, alors on trace! Si bien que pour la première fois nous arrivons à destination avec 30 minutes d’avance sur le topo guide !! Yessss !!!Dans ta face le topo !!! Et quand on sait que le guide nous annonce toujours des temps de marche inférieurs à ce que l’on fait réellement, on est carrément fier!!!
Nous voilà arrivé à Saint Jean Pied de Port, on affiche 100 km au compteur!!! Yepa !!! Si on nous avait dit que nous allions parcourir cette distance à pied un jour, nous ne l’aurions pas cru!!

Notre repos est bien mérité et plus que nécessaire… Il est 17h, l’état de ma cuisse ne s’arrange pas. Un petit tour en pharmacie s’impose, je ressors avec une crème antalgique et de l’ibuprofène. Je veux calmer cette douleur, l’inquiétude nous gagne, nous n’avons pas envie d’arrêter là. La soirée se déroule dans un petit resto avec Magalie et Jeremy, ainsi que Benjamin et Nathalie connu 1 heure avant au camping, marcheurs du GR10 aussi! Rires, partages et découvertes, tout est tellement simple dans ces rencontres… On ne se reverra probablement pas tous, mais aurons passé lors d’une soirée un instant digne des meilleures amitiés!

JOUR 9
Repos au camping de Saint Jean Pied de Port

Le réveil se fait à notre rythme. Aujourd’hui nous avons décidé de rester là, de nous reposer encore un peu pour maximiser nos chances de pouvoir continuer à randonner.

Mon état ne s’est pas arrangé, j’essaie d’avoir un rendez-vous médical mais il semble qu’à cette période ce soit compliqué avec le flot touristique 😦
Il fait très chaud, nous nous sentons bloqués et ne savons pas comment la situation va évoluer. On prend un petit coup au moral. L’idée de devoir peut-être arrêter pour raison « médicale » nous mine… Même si cette expérience est dure, nous demande de nous surpasser, elle est juste incroyable et malgré les difficultés rencontrées nous n’avons envie que d’une chose, poursuivre encore et encore!
On passe le temps comme on peut du coup, entre sieste et baignade à la rivière qui heureusement est à 50 mètres du camping. L’eau y est gelée, ça lave le corps et l’esprit, ça détend et au moins ça m’anesthésie la jambe !! 🙂
On profite d’un dernier resto avec Magalie et Jeremy, demain ils reprennent leur route retour et nous et bien nous ne savons toujours pas ce que nous allons faire.

J’ai quand même eu Céline, une amie médecin en ligne pour lui exposer mon souci et avoir son avis. Pour elle c’est une inflammation de l’insertion du quadriceps, et bien sûr à part du repos et des antidouleurs il n’y a rien à faire! Pas d’autres risques à priori que la douleur qui peut devenir plus importante encore… « C’est toi qui décide mon amour » me dit Antoine, » y a que toi qui peut savoir si tu peux continuer ou pas »… Mon doudou me dit ça à moi qui suis balance et qui suis toujours dans l’hésitation entre deux choses !!! Je mets toujours 3 plombes à me décider, à peser le pour et le contre, ceux qui sont du même signe comprendront ! Mais habituellement cela se limite à des choix plutôt futiles… Là c’est différent, je dois choisir entre le cœur ou la raison ! Le cœur bien évidemment me dicte de continuer cette merveilleuse aventure, j’ai envie de rester avec mon doudou, au milieu de cette nature et de continuer à avancer et découvrir le monde et nous même… 🙂
La raison me dicte de penser aux éventuelles conséquences d’une blessure en plein milieu de la montagne, sachant que nous avons à traverser des zones sans civilisation, qu’au mieux il y a 34 km jusqu’ aux chalets d’Iraty, et qu’en cas de souci avant, ça pourrait être compliqué d’avoir du secours, de par l’accès quasi impossible par la route et le réseau téléphonique n’étant en plus pas toujours bien présent…
C’est inquiet que nous retrouvons nos matelas… La nuit porte conseil paraît-il… Le réveil est programmé à 7h, nous verrons à ce moment-là quel chemin se sera imposé à nous…
Bonne nuit…

 

Une réflexion sur “Officiellement GRdistes! 7ème au 9ème jour…

  1. Coucou. Nous aussi on a souffert en Corse pour cette quinzaine…. plage, piscine, mer, jet ski, bateau vélo, water basquet. Résultat : une côte cassée.
    On repart aujourd’hui bises

    J'aime

Laissez nous un commentaire si vous le souhaitez!:)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s