San Diego… Dernière étape et fin de l’aventure!

Au volant de Campija nous arrivons vers notre dernière destination… Celle où nous avons quelques personnes à voir, anciennes connaissances d’Antoine, collègues, amis et anciens patrons…

Et c’est chez Sybille et Olivier, que nous sommes accueillis à Ramona, à une cinquantaine de minutes de San Diego downtown. Nous sommes conviés à dormir dans leur maison et ce n’est pas pour déplaire aux garçons! En plus de la gentillesse de nos hôtes, ils ont 4 chats et une piscine, de quoi convaincre les loulous de rester! 🙂

Nous profitons d’une de ces belles journées pour nous rendre en famille au USS Midway. A nous la découverte de la statue de Unconditionnal Surrender représentant un marin embrassant une infirmière juste à côté du musée et embarquement immédiat sur le premier porte-avions mis en service après la seconde guerre mondiale en 1945. Il a participé à la guerre du Vietnam et sa dernière mission fut celle de la guerre du golfe.

enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

La taille est impressionnante! Une ville sur l’eau! On part en visite du pont du navire, du pont d’envol, du hangar et des différents postes de commandement. Tout un tas d’hélicoptères et d’avions sont stationnés sur le pont et dans le hangar… Les loulous passent de l’un à l’autre et se mettent aux commandes dès que l’occasion leur est donné! On apprend qu’un porte-avions comme ça est obligé de rester à quai 3 ans durant pour effectuer le plein d’essence!! Oui oui!! On a redemandé plusieurs fois tant cela nous semblait fou! Mais rassurez vous, après cela il est tranquille pour 25 ans!

enlight1 enlight1

enlight1 img_4331

enlight1 enlight1

Pour l’occasion ils ont même visionné Top Gun pour voir à l’oeuvre le fameux Tom 4 présent ici!

top-gun

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

Nous découvrons aussi la partie technique des opérations et la façon dont les pilotes devaient réussir à apponter à l’aide d’un câble sous l’avion pour se faire arrêter net et sortir dans les 45 secondes de l’appareil! De la pure adrénaline!

La visite est terminée. Un tour dans la ville et nous rentrons tranquillement nous reposer! Il en sera de même pour les jours à venir!

Un repos bien mérité après ces 4 mois passés à sillonner les routes, les 15 états et les 15 000 km parcourus! La tension de la route se relâche et nous apprécions de ne rien faire! 🙂

Les garçons préparent la décoration d’halloween avec l’aide de Sybille.

20161017_153603 20161017_150735

20161017_150734 20161017_151313

20161017_185849 20161017_185924

20161017_185928 20161017_185920

Nous fêtons mon anniversaire en compagnie d’Olivier et Sybille qui elle aussi aura dans quelques jours une année de plus! Les garçons ont joué les petits poucets et m’ont offert des cadeaux des différents endroits visités à San Francisco. Ce fut dur pour eux de garder ça secret jusqu’à maintenant, mais ils ont tenu bon 🙂 Et voilà donc un nouvel anniversaire fêté aux États Unis. Une première! Et un nouveau pays à ajouter à notre liste des lieux de fête! 🙂

wp-1476848900756.jpg zcamera-20161017_215936

zcamera-20161017_215715

20161017_215053

Allez, nous sommes sur le départ! Nous avons avancé nos billets-retours pour nous permettre d’avoir un peu plus de temps pour la remontée vers St Barth avec Cataja et même nous octroyer quelques jours aux Grenadines! 🙂

Campija est à présent ranger, nettoyer et vider de nos effets personnels. Il va rester à l’abri chez Sybille et Olivier qui ont la gentillesse de nous le garder jusqu’à l’année prochaine.

Après tout ce temps passé dans notre petite maison roulante, ça fait tout de même bizarre de se dire que notre aventure de terriens est terminée… Elle a été à la hauteur de nos attentes et plus encore! Nous avons passé 120 jours incroyables dans ce pays aux mille merveilles! De surprises en surprises nous nous sommes laissés portés et avons accueilli avec bonheur tout ce qu’il nous a été donné de voir et notamment cette vie sauvage si riche. Nous avons multiplié les moments familiaux et fait le plein d’instants qui rapprochent… C’est un nouveau rêve que nous avons vécu tous ensemble et nous ne sommes pas peu fiers d’avoir réussi à le faire! 🙂

Allez, nous avons un avion à prendre.. On vous dit à très vite sur Cataja!

img_6598

Ps: A nos hôtes… Encore un grand merci à vous pour votre accueil,  vos sourires et votre gentillesse. Ce fut un plaisir d’apprendre à mieux vous connaître, sentiment partagé par toute la tribu! Nous vous attendons à bord quand vous voulez!! En attendant on vous embrasse!! 🙂

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

Mais qu’en est-il de la vente de Campija?

La bonne nouvelle c’est que 100% des personnes qui ont visité Campija voulaient l’acheter!!

La moins bonne nouvelle c’est que nous ne savions pas que pour vendre Campija ici, il aurait fallu demander le formulaire 7501 lors de notre passage de la frontière!! Et malheureusement pas de formulaire pas de vente! C’est illégal…

Imaginez nos têtes lorsque nous avons appris ça alors que nous pensions que tout était en ordre! 😦 Nous avions pourtant appeler la DMV (préfecture aux USA) pour nous assurer d’avoir tous les éléments avant d’acheter Campija et pour être justement sûr du bon dénouement… Évidemment personne ne nous a jamais parlé de ce précieux sésame! Et pour cause ça ne doit pas être tous les jours, que des français habitant aux Caraïbes achètent un camping car au Canada pour traverser en 15000 km le continent et revendre en Californie!

Nous avons cherché des solutions… Le remonter à Vancouver et le vendra la-bas, mais les acheteurs ne se bousculaient pas. Forcément en octobre on se pèle déjà bien là haut et puis il aurait fallu tout un tas de contrôle du véhicule car Vancouver n’est pas Québec!… Exit donc cette option…

Nous avons envisagé faire la signature des papiers au Québec avec un des acheteurs américains, ce qui en soit relevait déjà du défi mais cela s’est avéré mission impossible lorsque nous avons appris que quand bien même la vente pourrait être effectuée ainsi, ça n’empêchait pas l’acheteur de devoir faire passer la frontière à Campija pour s’assurer de la conformité! Exit donc cette option…

Nous avons donc fait appel à un broker spécialisé dans l’aide au passage des douanes… Nous pensions avoir trouvé la solution. Nous pouvions peut-être faire un passage express à la douane mexicaine pour récupérer le formulaire… Mais ça ne marche pas ainsi et notre broker n’a pu s’arranger avec les douanes… Exit donc cette option…

Qu’à cela ne tienne… Deux options s’offrent à nous…

La première, trouver un acheteur qui commencerait son trip par la Californie… En cas de signature au Québec, pas besoin que le véhicule soit présent, celui-ci reste canadien et hop c’est parti!

La seconde et sûrement la plus probable, trouver quelqu’un qui souhaiterait louer Campija pour un trip inoubliable des USA-Californie au Canada, à un prix défiant toute concurrence!

Seule obligation, que Campija soit du côté de Québec pour mi-mai au plus tard, pour nous permettre de le vendre à l’arrivée!!

Avis aux amateurs donc!! A vous qui rêvez de vivre une aventure pareille, à vous qui avez une petite voix qui vous souffle à l’oreille… `et pourquoi pas!` N’hésitez pas… Après tout ce n’est pas tous les jours qu’il y a un plan pareil! 🙂

Nous vous invitons donc à nous contacter pour plus d’informations et à faire tourner au maximum le message pour que Campija trouve quelqu’un pour s’occuper de lui!

image

image img_5120

bsxx7392 mogu9419

img_5122 lgjr2092

klfw0530 wp-1476738595302.jpg

img_5116 fifw9100

img_1714 img_1716

screen-shot-08-24-16-at-01-39-pm

Arrêt à Los Angeles et Universal!

Los Angeles nous voici!!! Après Santa Barbaraaaaaa, souvenir mythique de la série pendant mon enfance, nous passons un petit moment à Santa Monica puis nous dirigeons vers le tant attendu Beverly Hills!

enlight1 enlight1

2016_10_10_10_45_31

Attendu pour moi, car il va de soi que ce ne sont pas les garçons qui ont envie d’y aller! Et Antoine n’y tient pas particulièrement… D’abord on est un peu fauché, ensuite Antoine n’avait pas la télé et n’a donc pas bavé devant les filles de la série ou leur voiture et puis ça semble être une vraie galère de se déplacer dans le coin avec Campija! Beverly Hills résonne en moi comme le feuilleton télévisé de mon adolescence cette fois! Je me revois entrain de rêver sur les boutiques de Rodéo Drive, vouloir la même voiture que Donna et être amoureuse de Dylan, tellement il était beauuuuu avec son côté bad boy! J’adorais Kelly, Brenda avait ses bons côtés et Donna m’énervait avec ses manières… Quant à Brandon il était mignon mais un peu trop gentil! Alala je m’en souviens comme si c’était hier! hihi 🙂

generique_serie_-_tv_-_beverly_hills_90210

Bref, on est au cinéma ici, dans la fabrique de rêve à l’américaine et je suis à Beverly Hills!! Bon d’abord on va voir au visitor center pour savoir si il y a un moyen de trouver un camping à un prix raisonnable dans un rayon de 50 km, on ne sait jamais! D’emblée en rentrant dans la pièce on s’est regardé en se demandant si c’était bien ça, car nous n’avons jamais vu en 3 mois un visitor center si luxieux! Ici pas de dépliant sur les attractions alentours ni sur les camping, mais de la documentation sur tous les endroits où faire toiletter son chien et des images de villas à faire tomber! Quand on a demandé au gars si il connaissait un Campground, celui-ci nous a regardé comme si nous étions des martiens, en nous répondant `camp… what?!`… Nous réitérons notre demande, et c’est lors du troisième essai que ce dernier a fini par comprendre… Oh my god, c’est pas trop tôt!! Il part se renseigner et revient avec son air pincé nous répondre que non il ne sait pas… Okay… On sort de là quelque peu excédé car avec tout ça on ne sait toujours pas où on va dormir et cela semble être vraiment un problème dans le coin! Bon on est à côté de Rodéo Drive, on ne va pas se formaliser, on fait un tour et on verra après! Nous passons par le distributeur de la banque d’à côté, non pas pour dépenser tout tout à l’heure mais parce que nous retirons nos petits sous de la semaine, et nous tombons nez à nez avec un jeune couple de disons 25 ans, sortant de là et se baladant avec deux liasses de 10 cm de billets de 100$!!! Maman, regarde la nana!! T’as vu tous les biffetons qu’elle a!! Oui bon on repassera sur le langage mais on se croirait dans la quatrième dimension! Et dire que pendant ce temps là Kim se remet à peine de son agression à Paris et du vol de ses bijoux! Nan mais franchement en étalant tout ça, faut pas s’étonner!! Ben là c’est pareil… Un bref instant on se dit qu’on va vite aller s’acheter des masques et se faire la belle!! 🙂

Bon allez, passons aux choses sérieuses, pénétrons dans l’antre de Rodéo… Des boutiques de luxe qui se suivent, des grands noms de la mode, des voitures magnifiques, des rues sur lesquelles nous pourrions manger par terre tant elles sont propres, des bijoux hors de prix, des décorations soignées et élégantes, zéro faute de goût… Pincez nous on rêve!

enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

Les garçons n’en reviennent pas, ils s’imaginent tout un tas de métiers qui leur permettront un jour de pouvoir revenir ici pour acheter! hihi… Antoine et moi déambulons et léchons les vitrines…

 enlight1 enlight1

enlight1

waouh, c’est gonflé!

enlight1 enlight1

Nous en arrivons à soupirer aussi… Passées les premières minutes d’excitation, tout ça est bien joli, mais c’est trop… Nous sommes pourtant habitués maintenant à voir une certaine clientèle sur notre rocher mais là c’est l’extrême et mes clientes semblent d’un coup bien pauvres! Nous ne sommes pas du même monde… Nous sommes tellement loin de tout ça dans notre vie de nomade… Lorsque nous sommes à bord de Cataja, les besoins se font minimum car nous ne sommes pas soumis à la tentation et nous nous tournons vers des choses plus simples et surtout plus importantes et riches d’une autre façon que l’apparence… Mais lorsque nous sommes là au milieu de toute cette opulence, nous sommes partagés! Partagés entre l’envie de pouvoir s’offrir des choses pareilles aussi futiles soient elles, l’envie de retrouver un train de vie nous permettant ce genre de folie et l’envie de continuer plus loin notre voyage… Qui a raison? La vie n’est que choix, la question est comme toujours juste de savoir où l’on place ses priorités… Exit donc pour le moment le sac Gucci, le manteau Dolce que de toute façon je n’ai pas besoin à St Baaaarth et la bague à 50000!

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 2016_10_10_10_48_07

Allez, on s’en va!! J’ai vu ce lieu sur lequel j’ai rêvé pendant tant d’années, rien que ça c’est fou, mais place maintenant à un autre retour en enfance, celui d’Universal Studio! 🙂

enlight1

On quitte donc les lieux pour trouver où dormir, et c’est finalement par ras le bol de tourner et d’être dans des embouteillages incroyables que nous optons pour nous prendre une nuit au Walnut Rv Park que nous avions prévu pour demain à 70$ s’il vous plaît!

Jeudi 6 octobre, les garçons sont au taquet, nous leur avions annoncé il y a quelques semaines que nous irions dans ce parc, et là ils ne tiennent plus! C’est trop cooooooool!!!!!! On va voir le château d’Harry Potter, et puis y a les Mignons, et puis y a Transformer, et puis y a Jurassic Parc, et puis et puis et puis…. oui, il y a! 🙂

9h30, on est dans la place!!

enlight1

Armé d’une carte et des horaires de spectacle, la journée peut commencer! 🙂 On enchaîne les attractions qui sont pour la plupart en 3 ou 4D. Elles sont sensationnelles! Petits et grands s’éclatent et profitent pleinement de la journée… Le spectacle de cascadeurs de Waterworld est absolument génial, on s’y croirait! D’autant que les garçons étaient impressionnés de savoir que c’était les doublures de Spiderman et de Jason Bourne entre autre qu’ils avaient devant eux 🙂

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

Et pour mieux appréciés, nous avons pris le pass pour deux jours… L’occasion de faire les attractions tranquillement et d’apprécier aussi particulièrement la visite en train des studios eux-mêmes! Effets spéciaux, attaque de King Kong, courses effrénées dans Fast and Furious, décors incroyables et même, j’en suis sûre coucou de la main de Matthew MacConaughey là devant un plateau!!! On est à Los Angeles, l’endroit de tous les possibles! 🙂

enlight1

img_6308 img_6307

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

2016_10_10_10_50_45

enlight1 2016_10_10_10_51_03

enlight1

img_6301 img_6303

img_6294 2016_10_10_10_51_46

Notre dernière journée s’achève… Nous avons passé deux jours extra en famille entre rires, frissons et éclaboussures…

Avant de quitter la ville, nous faisons un détour par Hollywood Boulevard et nous octroyons une vue sur les fameuses lettres d’Hollywood…

enlight1 hollywoodboulevardnew_7495

enlight1

La visite de la cité des anges s’arrête là pour nous… Elle n’offre pas assez de possibilité pour Campija. A l’évidence, la Californie en général n’est pas la meilleure destination en camping car et les grandes villes encore moins.

Alors en route pour notre dernier arrêt… San Diego!

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

 

San Francisco et détention à Alcatraz!

Nous voilà du côté de San Francisco depuis quelques jours!! Nous sommes hébergés dans la famille de Brian, un ancien collègue d’Antoine, et le moins que l’on puisse dire c’est que si nous sommes heureux d’être  là avec eux, les garçons et Gracy qui a le même âge que Pacôme s’entendent eux aussi à merveille! Campija est installé tranquillement devant le jardin et nous pouvons ainsi librement passer du camping car à la maison.

Suzanne est une vraie maman avec nous, entre bons petits repas et visite de la ville, elle et Brian sont aux petits soins! Et justement une visite est prévue ce jour, et elle est de taille, la fameuse île d’Alcatraz!!! Waouh!! Cette bâtisse fut d’abord une forteresse militaire, puis une prison militaire pour finir en la prison fédérale de haute sécurité dont nous avons tous entendu parlé. Réputée inviolable, la prison a fonctionné pendant 29 ans et n’a eu qu’une évasion réussie à son actif! Pour l’occasion nous avons visionné il y a quelques jours le film Rock pour montrer aux garçons à quoi cela ressemble! La première réflexion d’Elian fut de nous dire que si les parks rangers nous demande d’aller dans une cellule, il n’ira pas!! 🙂 Bien trop peur de se faire enfermer 🙂

Avant d’embarquer nous faisons un petit détour par le Pier 39. Ce quai a été envahi par les otaries qui en ont pris possession dans la marina! Elles sont là par dizaine et se font tranquillement dorer au soleil! C’est drôle de les voir ainsi, avec leurs cris et leur comportement. A croire aussi qu’elles font bien la distinction entre leur endroit et celui des humains et leur bateau qui sont juste à côté!

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

Allez!! Il est 10:30, il est temps de prendre le ferry, nous sommes prêts pour l’aventure!

img_5163 enlight1

10 petites minutes seulement sont nécessaires pour rejoindre l’île et son pénitencier. Nous retrouvons pour un bref instant le plaisir d’être sur l’eau… Cataja nous manque et le climat n’aide pas! Qu’on se pèle en Californie!!! Le vent est glacial!

enlight1 enlight1

Nous y sommes! Nous sommes sur ce rocher qui a accueilli au total environ 1600 détenus et notamment le fameux Al Capone!

enlight1 enlight1

Une visite guidée ne va pas tarder à commencer, c’est parti! Ancienne partie des locaux, les bâtiments des gardiens et la vie de famille de ces derniers, le jardin botanique, le château d’eau…

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

On y apprend tout un tas de choses et notamment que les gardiens vivaient ici avec leurs enfants! Ça nous semble complètement fou! On imagine les cris que les enfants devaient entendre de temps à autre ou l’ambiance particulière qui devait régner ici! Il y avait pourtant déjà des navettes qui traversaient chaque jour vers le continent et qui auraient permis d’avoir une maison là-bas… Mais bon, ne nous attardons pas, cap sur les cellules maintenant!!!

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

En pénétrant dans le bâtiment la première chose qui saisit c’est le froid qui s’engouffre dans les couloirs… Ça met directement dans l’ambiance! D’autant que c’est dans la salle des douches que nous récupérons l’audio guide. Les lieux n’invitaient pas à avoir envie de se déshabiller et d’emblée on imagine le manque d’intimité pour tous ces hommes réunis au même moment dans cette pièce!

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

L’histoire raconte que les gardiens faisaient prendre des douches très chaudes aux prisonniers pour que ces derniers ne s’habituent jamais aux basses températures de l’eau qui entoure l’île, en cas d’évasion! La visite continue et nous pénétrons dans les fameux couloirs d’Alcatraz…Gloups… C’est impressionnant!

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

On écoute attentivement l’audio guide et on déambule dans les allées… Nous sommes un moment dans la cellule de l’un des prisonniers. 1,50 mètres de large, 3 mètres de long et 2 de haut laissant à peine la place au lit, à une tablette, une chaise et un wc. Pas de décoration, pas de fioriture. On imagine la difficulté d’arriver dans ces lieux, froids et humides même pour ces détenus qui n’étaient pas forcément des enfants de cœur!

enlight1 enlight1

enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

Pour chaque prisonnier le seul droit qu’ils avaient au départ était d’être dans la cellule et de manger. Toute sortie, lecture, balade dans la cour ou autre se méritaient et n’étaient accordés qu’après avoir montré un bon comportement! Les plus récalcitrants étaient mis dans les cellules d’isolement pour 15 jours et n’avaient le droit de sortir qu’une fois par semaine pour prendre une douche. Les meurtriers, les violeurs, les braqueurs de banque, les trafiquants, les récidivistes et ceux qui s’étaient déjà mal conduits dans d’autres prisons étaient envoyés à Alcatraz! Il parait que la vie était tout de même plutôt calme ici. On se dit qu’évidemment ils ne méritaient sûrement que ça, mais pour autant humainement cela semble juste dément d’être dans un endroit pareil! On découvre les visages de ces hommes sur les photos au mur et cela ajoute encore une autre dimension à la visite.

enlight1 enlight1

enlight1

La visite touristique excitante du départ et bien que fascinante laisse place à un certain sentiment de malaise et à des questions de conscience…

Nous écoutons attentivement l’histoire de l’évasion des deux frères Anglin et d’un troisième comparse. Les seuls à avoir réussi à s’échapper après avoir creusé des mois durant un trou dans le conduit d’aération de leur cellule. Ils ne furent jamais retrouvés mais la probabilité d’avoir réussi à rejoindre le continent est plus que faible quand on sait que l’eau est à 10 degrés en moyenne, qu’il y a 4 km entre l’île et le continent, qu’il y a des courants incroyables et que les requins peuvent roder autour! Toutefois un corps aurait été retrouvés 5 semaines plus tard dans un état de décomposition totale mais cela pourrait bien être un des prisonniers…

Le tour s’achève. Nous avons visité les cellules, la bibliothèque, le réfectoire, la salle de contrôle, le bureau du directeur… On sort de là en se disant que décidément ça ne donne pas envie de faire de faux pas! 🙂 Les garçons se disent qu’ils n’aimeraient pas être là sans nous, que leur famille devait leur manquer…

enlight1 enlight1

 enlight1 enlight1

Les jours se suivent et nous sommes presque à la fin de notre séjour ici. Nous avons pu admirer la vue sur la baie de San Francisco et son Golden Gate. Suzanne et Brian nous ont fait la visite de la ville.

enlight1 img_3503

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

img_6418

Le quartier de Chinatown et ses babioles…

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

enlight1

Les six painted ladies, maisons victoriennes alignées, et le quartier…

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

Le musée du Tramway, ses photos de la ville après l’incendie de 1906 et les fameux tramway actuels de San Francisco…

enlight1 enlight1

enlight1

img_5742 img_5741

enlight1

Balade au détour d’une rue…

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

Nous avons fait une escapade ensemble à bord de Campija pour Pigeon Point et son phare, découvert une partie de la Highway 1 ainsi que la jetée de Santa Cruz et ses manèges!

enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

 enlight1

img_5114 santa-cruz-beach-boardwalk

Nous avons passé d’agréables moments en famille avec eux et les enfants se sont amusés comme des fous avec Gracy.

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

enlight1

Le départ approche et nous avons comme une petite boule au ventre. Les enfants ont pratiqué leur anglais, et des liens se sont tissés entre nos deux familles. Contre toute attente, moi qui pensais que cela serait difficile de communiquer et donc de créer quelque chose avec eux, je me retrouve à me sentir triste de les quitter, tout comme Antoine et les loulous.

Il est l’heure et fatalement les larmes coulent toutes seules. La soirée à nouveau en famille dans Campija est morose. Il y a de la mutinerie dans l’air… Pourquoi on ne peut pas rester plus longtemps?!! nous demandent les garçons… Parce que ça serait d’autant plus difficile et que nous avons un chemin à parcourir… A vrai dire on essaie de s’en convaincre nous-même…

La nuit est passée, le temps pour chacun de nous de retrouver nos esprits et nous prenons la route via la Highway 1 que nous avions trouvé superbe l’autre jour pour rejoindre à présent Los Angeles. Cette route est extraordinaire. Si grandiose, avec sa côte déchirée et  sauvage… Nous sommes émerveillés par ces paysages incroyables…

enlight1 enlight1

 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

Et pour notre plus grand plaisir nous découvrons sur Saint Siméon la `Seals Beach`, la plage des éléphants de mer! Si nous avions vu l’autre jour les otaries, c’est bien cette fois ces drôles d’animaux à trompe que nous découvrons. Une première! Et en milieu naturel en plus! Nous passons une bonne demi heure à les observer, à constater d’ailleurs qu’à part dormir, se piquer la place ou se battre, ils ne font pas grand chose! On rit beaucoup en les regardant!

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

Plus loin nous nous arrêtons à Julia Pfeiffer State Beach proche de Big Sur et découvrons du haut de son promontoire une vue imprenable sur les chutes de McWay Falls se jetant dans l’océan, ou plutôt sur le sable! Suite à un éboulement dans les années 80 et aux tempêtes le sable à recouvert une partie de la plage empêchant à présent la cascade de tomber dans l’eau. Pour autant la chute d’eau tombe d’une falaise de granit pour atterrir 24 mètres plus bas et le lieu est enchanteur! De l’eau turquoise et cristalline, des palmiers, on se croirait en vacances! 🙂

enlight1 enlight1

enlight1 enlight1

enlight1

enlight1

Allez, après une journée bien remplie on se pose pour la nuit, demain nous avons une journée surprise à Los Angeles de prévue!!

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

 

 

Visite chez les géants!

Après nos péripéties nous voici en chemin pour Séquoia et Kings Canyon. Au détour de notre route nous trouvons une place pour la nuit sur le terrain d’un monsieur, en pleine campagne désertique 🙂
Dimanche 25 septembre, après une bonne nuit de sommeil nous arrivons au Séquoia via l’entrée nord de Kings Canyon, les deux parcs étant jumelés et l’accès conseillés pour les campings cars. Nous voici au cœur d’une forêt d’arbres millénaires géants et notamment des fameux séquoias que l’on ne trouve que dans cette région du monde. D’emblée on se sent tout petit et les garçons n’en reviennent pas de la taille de ces monstres! Nous partons à la rencontre de l’un d’entre eux directement après l’entrée du parc, le Général Grant, le troisième plus grand arbre du monde avec un diamètre de 12 mètres! Nous sommes impressionnés par ces sortes de faille, de creux dans le tronc, chacune d’entre elles pourraient servir de cabane!

image image

image

image image

Sur le sentier menant à Grant, nous croisons et traversons de part en part Fallen Monarch, un séquoia couché là depuis bien longtemps qui aurait servi d’abri aux indiens puis plus récemment à ceux ayant découverts les lieux.

image image

image image

image image

image

image

Pas étonnant quand on voit la longueur et la largeur de la super cabane qu’on imagine! L’intérieur du tronc au-dessus de nos têtes est noir. Des feux ont dû brûlé là au fil des années de par le fait des différents occupants pour se réchauffer ou par la nature elle-même! D’ailleurs contrairement à ce que l’on pourrait croire, les incendies ne font pas peur aux séquoias! Ces arbres de plus de 2000 ans de vie, ont dû en subir plus d’un mais au lieu de les détruire, cela les renforce! Contrairement aux autres arbres, les séquoias ne meurent pas des flammes. Ils se nourrissent d’une certaine façon des feux et de la place que ceux-ci vont lui permettre d’avoir une fois que des arbres moins forts seront brûlés. Les séquoias ne meurent pas non plus de vieillesse, ils ont une sorte d’écorce qui les protège des champignons et des insectes, ils meurent de chute, tout simplement, car leurs racines sont peu profondes. Ça ne doit pas arriver tous les jours mais ça doit faire mal quand ça se produit!! Y a qu’à voir déjà la taille des pomme de pin d’arbres voisins! Il n’y a pas intérêt à s’en prendre une sur la tête surtout quand elles tombent de 100 mètres de haut! 🙂

image image

image image

image

C’est au camping que nous passons le reste de la journée… Farniente quand tu nous tiens! Quel bonheur!! Notre place est ombragée, à côté de ces gros rochers de granites, ce qui en fait une excellente base de jeux pour les loulous! Voitures, playmo, cache cache, ils ne se lassent pas de jouer dans cette nature… Et nous ne nous lassons pas de la sieste devenue trop rare dans nos journées de fou! 🙂 c’est une vie difficile vous savez! 🙂
Le lendemain matin nous reprenons la route pour un dernier arrêt auprès du General Sherman, l’être vivant le plus volumineux au monde! 83 mètres de haut, 32 mètres de circonférence et 1256 tonnes!
Waouh!!! C’est haut!!! Et plutôt imposant!! Respect monsieur!

image image

image

Tout autour de lui, se trouvent la forêt des géants dans laquelle nous déambulons et découvrons tous ces monstres! Un lieu idéal pour une partie de pan-pan!! 🙂

image

image image

image image

image image

image image

image image

image image

Et là nous rencontrons même un jeune cerf et des biches entrain de manger tranquillement, nullement dérangés par notre présence… Nous avons beau en avoir vu de nombreuses fois depuis le début du voyage, c’est toujours aussi magique!

image image

image image

image

image image

Allez… On passe aux choses sérieuses, en route à présent pour San Francisco!!!! Yesssss!! 🙂

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

Malhonnête un jour… Malhonnête toujours!

Un bref arrêt à Fresno, ville de 500000 habitants sur le chemin entre Yosemite et Séquoia, est prévu. Un ravitaillement est nécessaire ainsi que quelques emplettes en centre commercial! Waouh, un H&M, un Victoria’s Secret, un Best Buy et bien d’autres enseignes sont présentes ici!! Que ça fait du bien!! Et du chaud… Hmmmm voilà mes petits 35 degrés qui réchauffent le coeur et l’esprit! 🙂 Nous passons une nuit ici et dès le lendemain nous rendons dans un garage pour un Smog Check pour CampiJa. En Californie, avant toute vente ce test de pollution équivalent en quelque sorte à notre contrôle technique est obligatoire contrairement aux autres états. Nous avons trouvé un garagiste moins cher que les autres à 90$ au lieu de 105$ en moyenne, et dispo rapidos, allons y! Le monsieur est question est hindou, a des yeux globuleux et manifestement est à 2 de tension… Pas grave du moment qu’il nous donne son accord pour ce test! On patiente dans CampiJa, nous en profitons pour faire école aux garçons. Première chose que le monsieur regarde, notre tableau de bord. Il remarque forcément que nous avons un voyant allumé (depuis le début du périple, mais qui avait été vérifié et qui n’indiquait aucun problème), ne nous pose aucune question et installe ses machines… Au bout de 30 minutes, il ouvre pour la énième fois la porte d’entrée de CampiJa sans frapper, genre je suis chez moi et je n’ai aucune éducation, nous parle dans un anglais que nous avons du mal à comprendre et nous informe que tout le test est bon sauf la fameuse lumière du tableau de bord qui peut indiquer un problème de transmission. Hein?! On déglutit en imaginant en deux secondes le coût d’un changement de ce genre. Comment ça?! On lui explique, que le précédent garage n’avait pas la machine pour éteindre ce voyant mais qu’il n’y avait aucun souci remarqué, qu’il faut juste l’éteindre si lui-même a l’appareil et que tout sera bon… Ah non non non… Il se lance dans une explication que ni Antoine ni moi ne comprenons correctement, ça semble beaucoup le fatiguer ce monsieur de parler mais dans l’idée il dit qu’il peut faire en sorte que le voyant s’éteigne mais qu’il nous faudra ensuite rouler 40 km pour voir si ça se rallume ou pas, revenir et repasser le test… Hein? Mais quand vous dites repasser, ça veut dire quoi? Repasser tout? Et financièrement ça se passe comment? Ah ben faut repayer 95$ parce qu’il faut refaire le Smog Check! Ben voyons!! 😦 Depuis le début ce « monsieur » pour rester poli savait que ce voyant était ainsi et que ce n’était rien, il a fait les choses dans un certain ordre pour nous réclamer un deuxième passage et empocher les dol en plus… Il a dû clairement se dire en nous voyant arriver et n’y connaissant rien, eux c’est bon j’me les fais!! On tente, « oui mais enfin le reste du test est bon vous l’avez dit, pourquoi tout refaire?! Ah c’est comme ça… Son air endormi, nonchalant et sa malhonnêteté commence à nous taper sur le système! Que pouvons nous faire?! Rien à part nous taire pour éviter qu’en plus il ne nous trouve un truc imaginaire!!! Au moment de payer, je crois qu’Antoine est au bord de l’homicide quand il se rend compte que le type a écrit nos coordonnées sur notre carte grise comme si c’était un vulgaire papier!! Ce qu’il a cru d’ailleurs! Ah ben on met du tipex dessus et ça disparaît!!! Non mais quel c**!! On part d’ici quelque peu furax d’être tombé sur si malhonnête! Bon, au moins on a tout de positif, il ne reste qu’à nous rendre aux locaux de la DMV (Department of Motor Vehicles) pour nous assurer de la procédure de vente et nous pourrons faire visiter tranquille!!

 

Yosemite… On se pèle!

C’est gelé que nous préparons notre arrivée au Yosemite (prononcer Lossémiti!) Il nous faut remplir un peu les réservoirs d’essence et les cuves de CampiJa pour être tranquille pour les deux jours à venir.
Nous voici sur le premier site protégé du monde, par un décret signé par Monsieur Abraham Lincoln himself!
Tout d’abord nous trouvons une place au camping de Tuolumne Mesdows à 2600 mètres d’altitude! Exceptionnel vu l’heure (15h) et le principe du premier arrivé premier servi! Peut être que le mauvais temps d’hier en a découragé plus d’un au milieu de ces prairies vertes! En tout cas on plaint ceux qui sont en tente, il fait 9 degrés à cette heure-ci!
Bon, on note tout de même qu’ils sont plus équipés que nous côté vêtements! Eux ils ont des bonnets et des gants! Je ne sais pas qui a le plus chaud! 🙂 Si on m’avait dit aussi!!? On est en Californie!! Elle est où la chaleur hein?!! Alerte à Malibu c’est pas ici??!!
On est posé à notre emplacement, Antoine allume un feu pour lui et les enfants qui trouvent le moyen de jouer avec leurs voitures par ces températures… Je suis moi entrain de vous écrire du fond de mon lit sous ma couecouette!! Quoi il est 16h?!! Pas grave, ce froid ne me convient pas! Je déteste le froid!! Je ne rêve pas de la neige moi ni des glaçons qu’on va finir par retrouver dans CampiJa si ça continue!
7h du matin, nous sommes réveillés par l’humidité qui a envahi CampiJa… Un coup d’œil au thermomètre nous indique -2! C’est le pompon!

image

Le chauffage a tourné toute la nuit et nos réserves ont sévèrement baissé! C’est sûr, nous n’aurons pas assez pour la seconde nuit que nous avions prévu ici! Pas impossible que nous n’ayons plus assez non plus pour préparer les repas et prendre des douches chaudes! Il nous faut décider de la suite… Antoine fait part de deux solutions et ouvre le vote à main levée! La première, maintenir le plan de départ et partir en rando quand la température sera un peu plus décente, sachant que la nuit sera plus fraîche encore! A voir si les deux pantalons de pyjama que les garçons avaient mis, les doubles chaussettes et les trois tee shirt suffiront! La deuxième, s’habiller, se faire rembourser notre prochaine nuit et parcourir le parc ce jour en camping car pour en sortir au plus tôt, trouver du propane et passer une meilleure nuit…
A l’unanimité les mains se lèvent, Antoine s’incline! 🙂 C’est ainsi que nous levons le camp.
Nous prenons la route vers la Yosemite Valley. Un premier arrêt à Olmsted Point nous offre un beau point de vue sur la vallée encaissée d’un côté et sur le lac et les arbres lointains en prenant de la hauteur sur les gros rochers de granite. Quels drôles de roches d’ailleurs, avec des arbres qui trouvent le moyen de pousser sur dessus alors qu’il n’y a pas de terre!

image image

image image

image

image image

image image

La balade terminée, les garçons tiennent à remplir et faire vérifier leur cahier de Mini Ranger, nous nous rendons donc vers le visitor center de la vallée. Au passage nous admirons El Capitan, impressionnante falaise de 900 mètres de haut posée comme ça au milieu de la verdure et jetons un œil à Half Dome, le symbole du parc.

image

image

Le parc d’ailleurs est bondé de monde, il nous faut slalomer avec CampiJa entre les piétons, les voitures, les bus à touristes et les travaux. Enfin garé, nous profitons du passage d’une des navettes pour rejoindre l’Indian Museum.

image

Le musée est très sympa! Consacré aux peuples indiens, nous retrouvons là un condensé de l’artisanat traditionnel et des costumes des tribus. On y découvre la technique de création des ceintures d’époque grâce à un des rangers qui en fabrique une avec ces perles de verre. Il nous explique également les étapes de créations des flèches et arcs pour chasser! Et bien ce n’était pas fait en 2 minutes! C’était un travail de longue haleine. Et la taille de l’obsidienne, la pierre qui servait de pointe, nécessitait d’être travaillée grâce aux bois des cerfs! Nous découvrons un peuple ingénieux.
Voilà un arrêt intéressant, la visite terminée, le badge des garçons récupéré, nous retournons vers CampiJa pour continuer notre chemin. Le temps s’est amélioré, il fait bien meilleur ici que dans le nord du parc mais nous avons décidé de partir. Le parc bien que très joli ne nous a pas avancé suffisamment d’arguments pour que nous restions. Nous devons avouer que nous commençons à avoir envie et besoin de civilisation… Nous avons à notre actif un certain nombre de canyons et de parcs en tout genre, alors une pause fera du bien 🙂 Une dernière belle vue s’offre à nous depuis Valley et Tunnel View avant de rejoindre la route sinueuse! Yosemite étant un très grand parc, la route n’en fini pas de tourner et tournicoter…

image image

Pacôme commence à blémir et vient bientôt me rejoindre à l’avant pour prendre l’air et tenter de maîtriser ce mal des transports. Le premier depuis le début de notre périple! Il faut dire qu’à part Antoine bien à l’aise derrière son volant, nous autres passagers commençons à penser que ça ne va jamais s’arrêter!! Après une longue route, nous sortons enfin de là… En route pour la ville et le dernier parc prévu du voyage (sauf dernier changement de programme) le Séquoia Park! 🙂

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

Mammoth Lake et Monolake!

Nous n’avons qu’une heure trente à parcourir pour rejoindre Mammoth Lakes. Mais le temps se gâte et c’est sous la pluie et la brume que nous arrivons à destination. La température a méchamment baissé. Nous nous installons pour la nuit sur le parking du visitor center… Ce n’est pas un temps à mettre un policier dehors, on devrait être tranquille. Bien au chaud dans notre cabane on écoute les gouttes d’eau tombées sur CampiJa… C’est un sentiment agréable.
Les prévisions pour la nuit sont fraîches, 4 degrés! Au réveil, on confirme que ça caille!!! Il y a un tel décalage entre les 50 degrés à Las Vegas il y a trois jours et les 5 degrés de ce matin dans ces montagnes! C’est une amplitude de dingue! Le ciel à beau être dégagé et d’un bleu azur, c’est avec CampiJa que nous allons découvrir un peu les lieux, ce n’est pas un temps à mettre un Ja dehors! 🙂 Un tour autour des Twins Lake, de Mary Lake et de Horseshoe Lake nous montre la beauté des lieux! C’est magnifique!

image

Nous voyageons en Suisse lors d’un instant avec ces arbres, ces couleurs et cette eau. Par contre le niveau de l’eau est particulièrement bas!

image image

image

Mammoth Lake est en hiver une station de ski très prisée et apprécie des américains. On comprend pourquoi, et si l’occasion nous en était donné nous reviendrions volontiers profiter de la neige ici au coin d’un feu de cheminée d’un de ces chalets! 🙂

image image

image image

image image

image

Nous partons à présent découvrir Mono Lake. Et avant toute chose nous apercevons la neige sur les sommets de la montagne! Incroyable!! C’était donc ça hier soir un peu plus haut dans la vallée! Il neigeait! Les garçons sont comme des fous, si seulement on pouvait la toucher!! 🙂

image image

image

Mono Lake, dans les guides ce sont des images calmes et sereines que nous voyons… Nous, nous sommes là un jour où le lac se fait malmené par le vent glacial!

image image

image

Emmitouflés dans nos pulls, c’est au pas de course que nous effectuons la petite marche nous permettant de découvrir les lieux…

image image

On y apprend que le lac a une concentration en sel deux fois plus forte que celles des océans. Nous n’en sommes pas au taux de salinité du lac salé d’Antelope Island mais c’est déjà pas mal! L’intérêt de ce lac hormis la beauté évidente du lieu est le nombre de formations calcaires appelées tufs. Elles émergent de l’eau et de la berge telles des sculptures, fragiles et majestueuses…

image image

image image

image image

image

C’est un paysage presque lunaire que nous avons là. Par contre certains points du lac sont entrain de s’assécher complètement… La faute notamment à Los Angeles qui par le passé avait négocié avec la région le droit de pomper joyeusement dans les réserves d’eau potable… Impressionnant quand on sait que du temps de sa période glacière Mono avait un niveau d’eau de 200 mètres de plus que celui de nos jours!
Allez, après une partie de pan-pan au milieu de ce dédale, ce froid de canard nous impose un retour au chaud et sonne la fin de la visite!

image image

image image

Un nouveau parc nous attend… Le Yosemite National Park! Alors c’est parti!

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

Ghost Town et ruée vers l’or!!

Notre périple nous amène à repasser par Las Vegas et ce n’est pas pour nous déplaire! 🙂 Cette fois pas de folie, juste un passage rapide sur le strip et dans quelques boutiques et nous passons sagement nos 3 jours au camping. On évite les tentations, on apprécie la piscine vue les températures extérieures et on en profite pour réparer deux trois choses sur CampiJa avant que celui-ci ne soit présenté aux visiteurs prévus à San Francisco.

image

image image

image image

Et oui, encore quelques semaines et nous dirons au revoir à CampiJa si nous avons trouvé preneur!
Nous sommes dans nos derniers paysages du grand ouest avant de rejoindre les abords de l’océan Pacifique.

image image

image image

L’occasion de faire un petit détour par Goldfield toujours dans le Nevada.
Deux choses nous ont fait venir ici, la première est un hôtel dit hanté que je souhaitais découvrir, la seconde pour le National Car Forest, un endroit plutôt original!
La ville de Goldfield est une de ces villes de la deuxième vague de la ruée vers l’or. Construite en 1902, elle est devenue en quelques années l’une des plus grandes du Nevada avec ses 35000 habitants.
Elle possédait de nombreux saloons mais également trois journaux, cinq banques, des bordels et une exploitation minière.
Mais 8 ans après sa construction, le volume de minerai extrait commença à chuter et très vite la population commença à quitter la ville. En 1920, Goldfield ne comptait plus que 1500 âmes.

image image

image image

image

image image

Aujourd’hui il reste quelques 200 habitants, il est possible de se balader dans les rues et d’y découvrir les anciens bâtiments et anciennes bicoques en bois. On s’y croirait! On y découvre le style de l’époque avec ces vieux canapés aux ressorts rouillés, les tapisseries émiettées, ce qu’il reste des rideaux et les sols rongés par le temps… Les voitures d’antan ou leurs carcasses trônent au milieu des rues un peu partout. Il reste quelques vestiges d’anciens bâtiments en pierre. Il règne dans cette ville une atmosphère particulière que nous avons du mal à décrire avec Antoine mais qui n’est pas désagréable. C’est certain, cette ville a une âme… Quelque chose d’attachant, de vivant et d’intriguant.

image image

image image

image image

image image image

image image

image image

image

Nous arrivons à présent au bâtiment phare de la ville, le Godfield Hôtel. L’objet de ma curiosité et celui de la crainte de Pacôme! Va-t-on pouvoir pénétrer à l’intérieur et si oui est ce qu’on va être englouti comme dans Sos Fantômes?!!

image

L’hôtel à été construit en 1908, abandonné en 1945 et la légende raconte que des fantômes hantent les lieux, notamment celui d’une femme, prénommée Elizabeth. A l’époque, cette prostituée, aurait déclaré porter l’enfant de Georges Wingfield, un des propriétaires de l’hôtel. Ce dernier, afin d’éviter le scandale, aurait payé le silence de la jeune femme. Toutefois, suite à la grossesse devenue trop évidente, Wingfield aurait attiré la jeune femme dans la chambre 109 et l’aurait attaché au radiateur. Certains disent qu’Elizabeth serait morte en couche, d’autres qu’elle aurait été assassinée par Wingfield et le bébé jeté dans un puit… Toujours est-il que des cris de bébés se feraient régulièrement entendre dans les couloirs ainsi que des apparitions d’Elizabeth et d’autres personnes s’étant suicidées dans leur chambre… Nous ne sommes pas particulièrement portés vers le paranormal mais j’avoue que cela m’intriguait et que j’aurai bien tenté une expérience disons différente… C’est bien vite que nous allons nous apercevoir que nous ne pouvons plus accéder à l’intérieur du bâtiment. Celui ci a été fermé il y a quelques années et nous allons devoir nous contenter d’observer par un trou de serrure le hall d’entrée. Cela devait être beau et grandiose aux vues du mobilier resté en place. En guise de sensation, nous n’aurons eu que la température glaciale faisant froid dans le dos en plaçant notre œil à travers la serrure et à la version de la dame d’une petite boutique à côté…

image

Voilà Pacôme rassuré et nous autres quelques peu frustrés… Ce lieu classé paraît il en 2008 comme l’un des endroits les plus terrifiants du monde par les experts en… Euh disons… Fantômologie restera un mystère pour nous! 🙂

image

Intérieur de l’hôtel que nous ne verrons pas… Flippant!

Allez on continue notre chemin vers la National Cars Forest!!
Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ on ne voit pas ça tous les jours et que cela nous change de nos paysages habituels! Voilà un espace où quelques artistes ont pu exprimer leur art par une bien curieuse façon… En plantant des voitures et des bus dans le sol et en les décorant de façon unique à chaque fois!

image

image image

image image

image image

image image

Les garçons adoooorent!! Nous slalomons entre ces véhicules et très vite cela devient une aire de jeu! Nous ne regrettons pas le détour! 🙂

image image

image image

image image

image image

image image

image image

Nous repartons en direction de Death Valley mais choisissons de ne pas la traverser comme initialement prévu… Les températures extérieures sont délirantes et nous ne voulons pas risquer une panne et d’éventuels frais sur CampiJa juste avant la mise en vente…
Nous ne faisons que longer la Death Valley et décidons de faire un crochet par Goldpoint, véritable ville fantôme! Pour y accéder il faut parcourir environ 16 km en direction des montagnes désertiques. Il n’y a absolument rien autour de nous si ce n’est du désert, du désert et du désert!! Nous arrivons au centre du village…

image image

La brise se fait sentir, les roses des sables dansent sous nos yeux et les seuls habitants que nous croisons sont des lièvres!

image

L’ambiance est une fois encore particulière mais différente. Nous sommes seuls et passés les premières minutes d’excitation, une sorte de lourdeur se fait sentir! C’est spécial d’être au milieu d’une « ville » et de n’avoir ni humain, ni bruit avec pour seul horizon le désert et le flan de la Death Valley… Cela a un côté oppressant… Tout semble figé dans cette poussière… Là bas au loin les mines d’extraction, et là les voitures d’époque, ainsi que les constructions de bois et le mobilier… La potence intrigue beaucoup les garçons…

image image

image

On imagine les bandits, les duels, les saloons et leurs tenanciers, les tables de jeux et les miroirs pour savoir ce qui se passe dans son dos, les filles de joies, le shérif et les prisonniers…

image image

image image

image image

image

Nous faisons un bond de plus de cent ans en arrière… Nous sommes dans le Far West, nous sommes dans ce mythe américain… Les conditions de vie ont du être terribles avec les extrêmes températures tant en été qu’en hiver, et on se dit qu’ils ont vraiment dû être motivé pour venir s’installer dans une zone si exposée à la nature!

image image

L’expérience s’arrête là, nous avons eu notre Ghost Town juste pour nous, il nous reste 3 heures de route à parcourir avant d’arriver à Lone Pine…

image image

image image

Bye bye le Nevada!!

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂

Bryce le magnifique!

On the road again! Ici Antoine au volant et au clavier. Pas en même temps, je vous rassure 🙂 Il n’y a plus grand monde sur la route. Les grandes vacances sont finies et ça se voit. On traverse de nouveaux espaces désertiques, c’est beau, mais ça n’a plus l’attrait de la nouveauté et pour être tout à fait franc, nous avons de plus en plus hâte d’arriver dans les grandes villes de la Californie et de revoir l’océan, d’autant que celui-ci le Pacifique! Ces derniers temps nous avons vu énormément de canyons, énormément de déserts et énormément de nature tout court. Même si on aime énormément le gâteau au chocolat, au bout de 15 parts votre corps vous dit stop et vous ne pouvez plus apprécier votre plat préféré à sa juste valeur. C’est pareil pour les yeux, et on en devient moins réceptif.

ihpg6709 umhg7470

cuaw0420

C’est dans cet état de boulimie de canyon que nous arrivons sur Capitol Reef. Nous avons trouvé un endroit où dormir de l’autre coté du parc. Du coup on traverse en roulant. Ce sont de grandes falaises avec des dégradés de gris, d’orange de noir et le fond de la vallée abrite une verdure abondante qui contraste avec les déserts que nous venons de traverser. Il y a même un verger avec de nombreux arbres fruitiers où il est autorisé de cueillir les fruits! Nous apprécions le paysage, mais nous ne ferons que passer. Il nous faudra revenir un jour pour donner le temps qu’il mérite à ce parc!

jugc2615 jtjt2678

vgyi0364 wgym0312

thlv0400 dxnp5251

Le lendemain nous voilà sur la route pour Bryce canyon. La nationale Scenic byway 12 qui nous y mène vaut le détour à elle toute seule. Probablement la route la plus impressionnante et la plus spectaculaire du périple. On traverse des forêts à la faune riche qui nous gratifie de visite ponctuelle d’antilopes ou de cerfs. Puis on prend de la hauteur et passons devant Escalante.

image image

image

On roule à pas moins de 3000 mètres d’altitude. Les points de vues sont grandioses. Encore des canyons, des vallées, de hautes montagnes en toile de fond puis le clou du spectacle : la route se rétrécie et on se retrouve sur une crête avec un canyon à droite et un autre à gauche. Juste impressionnant.

image image

image

On approche de Bryce canyon. C’est un flash back de 23 ans. Lors de notre voyage en famille quand j’étais adolescent avec mes parents, Bryce avait été l’un des parcs nationaux à m’avoir laissé l’un des meilleurs souvenirs.

image

Avec tous les canyons et autres merveilles de la nature que nous venons de traverser sur ces derniers mois, j’arrive un peu anxieux de peur que le charme n’opère moins qu’à l’époque. Mission numéro une, savoir où dormir. On arrive au visitor center un peu tardivement et c’est sans surprise qu’on nous annonce que tous les campings sont pleins. Demi tour. Nous allons investiguer les campings en périphérie, et là aussi nous faisons choux blanc. On commence à s’inquiéter quand l’un des campings qu’on appelle nous donne une alternative après nous avoir dit que lui aussi était « Full ». La national forest juste à côté autorise le camping sauvage sur Tom’s Best road à 10kms à peine de l’entrée du parc. On arrive en forêt et on trouve notre petit coin de paradis en haut d’une colline! Petit emplacement pour faire un feu entre quelques pierres, pas de voisins, des empreintes de cerfs un peu partout, une nature pour nous tout seul et en plus c’est gratuit ! On adore. Les enfants partent ramasser du bois, on installe les chaises autour du feu. Ce soir c’est chamalo party 🙂 Le vent est tombé, les flammes montent à la verticale vers un ciel plein d’étoiles. Le feu nous réchauffe bien, parce que mine de rien, quand on s’en éloigne la température nous rappelle qu’on est en montagne. La météo annonce 3 degrés pour la nuit…

image image

image image

image image

Eurielle et les enfants partent se coucher et je profite des flammes en solitaire jusqu’à leur extinction complète. Je suis heureux.
Le lendemain réveil à l’aube. Un peu d’école pour les enfants, de travail pour moi et on décolle pour aller visiter Bryce!

image

Pas de déception!

image image

image

image image

L’endroit tient sa promesse de splendeur et étale devant nous sa palette de couleurs orangées et ses cheminées de pierre.On dirait des colosses pétrifiés punis par un châtiment divin pour s’être trop battus pour ces terres sacrées entre les titans oranges et les titans de craie grise et blanche. Deux clans tels les Montaigu et les Capulet qui n’auraient pas su s’entendre.

image image

image image

image image

Du moins c’est l’histoire que je raconte à Pacôme pour qu’il ne se rende pas compte qu’il marche et avale les kilomètres sans rechigner. Il voit dans cette colonne de pierres hérissées de pics le roi des titans orange qui se retrouve pétrifié au milieu de ses gardes. La machine est lancée, et il s’invente maintenant le reste de l’histoire au gré de notre randonnée. Les grands, eux, caracolent en tête et sont plongés dans de grandes discussions dont nous sommes exclus. C’est bon de les voir si complices 🙂 Le sentier descend en bas du canyon par un chemin qui serpente entre les murailles de pierres, jusqu’à devenir un étroit canyon dans lequel quelques arbres ont trouvé la force de pousser bien haut pour aller chercher la lumière.

image image

image image

image image

image image

image image

Dans le lit d’une rivière asséchée nous nous installons pour pique-niquer sous le regard envieux d’un petit chipmunk pas farouche et qui aurait bien aimé partager quelques chips avec nous.

image image

image

La remontée se fait sous un soleil de plomb entrecoupée de pause pour remplir le petit livret des Juniors Ranger programme qui permettra aux enfants de récolter leur 12eme badge du périple. Motivés les p’tits gars.

image image

image image

image image

image image

image image

image image image image

image image

Les enfants ont hâte de retrouver le campement dans les bois et insistent pour qu’on rentre tôt. Nous ne nous faisons pas prier, car nous aussi avons hâte de retrouver notre petit paradis. Une fois rentré, nous partons en exploration de notre territoire autour de Campija et trouvons une petite forteresse imaginaire en haut de la colline. On observe les bois aux alentours et avons même la chance de voir passer un peu en contrebas une famille d’antilopes. Nos batailles imaginaires dont nous sortons toujours vainqueurs nous ramènent petit à petit vers notre campement où nous rallumons un feu pour rôtir les quelques chamalos qui auraient survécu au feu de camps de la veille.

image image

Demain école et nous reprendrons la route vers Las Vegas!!

image

Retrouvez les photos en cliquant ici 🙂