Hasta la vista Majorque!!

Voilà, nous avons fait le tour de Majorque !! 20 jours à découvrir cette île, si sauvage d’un côté et touristique de l’autre. Nos coups de cœur, pour cette étape, aurons été sans aucun doute Cala de la Calobra et son torrent de Paraeis, une crique de Portals Nous pour son calme et son eau translucide, ainsi que, pour son côté carte postale, Platja des Trenc. MA-GNI-FI-QUE !! Nous avions hésité à poursuivre notre route sans passer par l’est de l’île, puis nous étions finalement ravisés. Nous y avons découverts les criques de la Cala d’or, très belles, offrant une large palette de bleus ! Toutefois en cette période de l’année, les plages sont bondées de monde, la mer remplie d’autres bateaux, et cela enlève un certain charme à tous ces paysages. Hors saison, ces endroits doivent être des petits paradis terrestres !

IMG_8200

IMG_8173

Nous avons passé notre dernière journée à l’île de la Cabrera, réserve naturelle sublime, avec sa balade pour nous dégourdir les gambettes et visiter le petit château. Mais Majorque aura aussi et surtout été témoin des progrès de nos loulous, fulgurants ! Notre Malo du haut de ces presque 10 ans (dans moins d’un mois s’il vous plaît), saute de rochers de 6 à 8 mètres et plonge de presque autant, il ne perd pas non plus une occasion d’aller en palme/masque/tuba vérifier avec Antoine l’ancre même par 8 mètres de fond. Elian du haut de ses 6 ans et demi, prend de plus en plus d’assurance et prend plaisir à s’adonner au paddle, aux sauts et à l’apnée pour découvrir les poissons. Quant à notre petit Pacôme, lui qui il y a encore 15 jours n’osait pas descendre du bateau autrement que par l’échelle pour se baigner, prend maintenant plaisir à pousser ses frères à l’eau du haut de la coque et à sauter avec eux grâce à ses brassards ! Il commence à découvrir le monde sous-marin à l’aide de son petit masque. « Poissons sont mes copains » C’est un vrai plaisir de les voir s’épanouir ainsi 🙂  « Moi, je trouve que la vie, elle est belle là maman, dixit Elian »

IMG_8293 IMG_8269

IMG_8305

IMG_8318

Bon allez, hop, il est temps à présent d’entamer notre traversée pour Ibiza ! Yes !! Pour nous l’occasion de découvrir de nouveaux horizons et peut être celle de se faire une petite sortie en amoureux et pour les garçons, de nouvelles occasions de trouver des endroits d’où sauter ! Une légère déception quand même pour nos deux grands de savoir que non, ils ne rencontreront pas John John, que c’est « juste » un acteur mes chéris, il n’est pas réel ! 🙂  (hihi ceux qui ont vu People comprendront)

Entre 15 et 18 heures de navigation nous attendent, les conditions météo annoncées sont bonnes, 10 nœuds de vent arrière et petite houle.

IMG_8359IMG_8323

Je vous écris au moment même où c’est mon tour de quart, il est 3h28 précisément, mon doudou m’a réveillée il y a 1 heure après avoir partagé son temps de quart entre le réglage des voiles, la surveillance alentours et les deux derniers volets d’Harry Potter !

Pendant ce temps j’étais censée dormir moi ! Mais alors que les conditions sont plutôt bonnes, je n’ai pas fermé l’œil de la « demi » nuit 😉 Je repense à mes deux dernières (qui sont aussi mes premières) nav de nuit où j’avais pourtant dormi paisiblement, je devrais « être rodée » ! 🙂 Oui mais à ces moments-là, la mer était d’huile, immaculée !

Antoine m’avait parlé des bruits du bateau la nuit, entendus pendant le convoyage de Cataja, mais il m’était difficile de m’en rendre compte. Bien sûr il y a nos nuits quotidiennes avec leurs lots de sons nocturnes, plus ou moins gênants, mais jamais encore je n’avais eu ces sensations-là.

La grand-voile est en place, elle ne cesse de claquer et de faire cogner la baume à chaque vague arrivant sur le bateau. Le parquet grince sans cesse, les meubles également. J’entends les remous de l’eau sous la coque, et leur puissance, me rappelant que nous sommes tout petit comparé à l’immensité de cette mer ! Elle pourrait ne faire qu’une bouchée de nous si elle le voulait ! La houle de travers fait émettre des sons de détonation au niveau des coques, des bruits si forts que vous vous demandez à chaque fois si c’est juste la vague qui est responsable ou si nous avons heurté quelque chose !

Nous nous faisons balloter au gré du vent, et la nuit ne fait qu’amplifier tous ces sons, qui en journée seraient à peine remarqués ! Décidément la nuit est étrange, à la fois un instant je la crains, avec toutes ces peurs qui m’habitent et qui je crois habitent la plupart d’entre nous, et à la fois dès lors que vous vous levez et allez regarder dehors ce qui se passe, cela apaise.

Il y a à nouveau un ciel étoilé, nous sommes allongés Antoine et moi sur le trampoline à nous laisser bercer et à contempler les étoiles, la voie lactée si belle. Le ciel n’a plus de lune à cette heure-ci, il fait chaud, le bateau file sur les flots, et le spectacle commence… En l’air un feu d’artifice d’étoiles filantes nous est offert, certaines sont minuscules à peine remarquables, d’autres laissent leurs traces plusieurs secondes.

Nous ne savons plus quels vœux faire 🙂 Et en mer, toujours ces méduses fluorescentes qui vont et viennent sous nos coques. Certainement plus jolies de loin que de près !!

Nous sommes à présent à 5 heures encore d’Ibiza, le ciel s’est assombri, les étoiles commencent à s’éclipser pour laisser place au soleil qui bientôt se montrera et j’aperçois au loin les premières lueurs de la ville 😉

9h30, nous sommes au petit déjeuner, épuisés par notre nuit, les garçons, eux, se lèvent tranquillement. On annonce notre arrivée prochaine à Ibiza aux garçons, Pacôme comprendra : « Malo, on va manger des pizzas ! » 🙂

Tout est calme, nous arrivons enfin, reste à vérifier si le mouillage choisi nous conviendra, nous devrions être tranquille… Enfin, ça, c’était en théorie ! Car au moment où je fini cet article, je me suis remise de nos émotions de la veille lors de notre arrivée, plutôt épique, et dont nous nous souviendrons un moment !

Revenons quelques heures en arrière… Nous arrivons à notre destination, la houle va de 50 cm à 1 mètre, nous décidons de nous mettre proche du port, pour pouvoir faire un détour en ville lorsque nous serons reposés. Cala Talamanca, ne nous parait pas très jolie mais cela devrait aller le temps de dormir, mais la houle omniprésente nous pousse à nous mettre plus proche d’un coin rocheux pour être un peu moins secoué… Sur place une carcasse d’un (ce qui a dû être) yacht nous interpelle, il y a un rocher quelques mètres avant, on se dit que le propriétaire n’avait pas dû le voir… Malo me fait part du fait qu’il ne pense pas que ce soit une bonne idée de se mettre là… Pour ma part, je n’aime pas particulièrement les alentours, l’eau sombre et les nuages n’aidant pas à voir au fond. Le fond justement, 10 mètres, cela ne devrait pas poser souci, mais je n’ai pas une grande confiance en notre guindeau (moteur permettant de monter et descendre l’ancre), Antoine décide que l’on se posera ici. La manœuvre commence, Antoine à l’ancre, moi à la barre, la houle, 4 bateaux autour à regarder, Antoine lâche l’ancre et commence à laisser descendre la chaîne. Croyez-le ou non, à cet instant précis, je me dis que décidément je n’aime pas cet endroit, que nous allons perdre l’ancre… Une intuition … J’essaie de le dire à Antoine, qui lui-même n’entend pas et se débat avec l’ancre qui au lieu d’être descendue comme à son habitude est restée coincée dans la patte d’oie (cordage arrimé sur les deux pointes avant qui permet d’assurer la sureté de l’ancrage). De mon côté je n’ai pas compris qu’il essaye justement de remonter l’ancre pour résoudre ce problème, je pense qu’il continue à la faire descendre, alors qu’il est entrain de débloquer ce qui posait souci. Soudain, l’ancre déraille du guindeau, entrainant la chaîne dans une descente infernale, que plus rien n’arrête ! En bout de course, elle éclate le taquet qui en maintenait le bout, le tout dans un bruit assourdissant… La chaîne et l’ancre se retrouvent 10 mètres plus bas.

DSC_0088

Super ! Même pas envie de pleurer !! Nous venons de perdre, ce que nous pourrions apparenter au frein à main d’une voiture, sans lequel plus rien n’est possible pour nous, sans lequel nous ne pouvons plus nous mettre là où cela nous chante, et sans lequel nous ne pourrions plus nous mettre à l’arrêt en sécurité… tout va bien ! 😦 Nous réfléchissons, regardons les alentours, ce fameux rocher ayant déjà eu la coque de ce yacht, me paraît de plus en plus dangereux à présent ! Nous décidons de demander de l’aide justement à un yacht posté à côté pour pouvoir s’attacher à lui, le temps qu’Antoine retrouve et descende en apnée chercher l’ancre… Annexe en marche, cordage, gaffe, pare battage, il prend le nécessaire pour pouvoir accrocher et maintenir en surface la chaîne au pare battage, et ensuite pouvoir la rapprocher du bateau. L’opération s’avère délicate, Malo aide à tenir la chaîne, il faut en remonter une partie suffisamment longue pour se rapprocher au maximum et rendre l’opération possible une fois Cataja détacher du yacht ! Vous imaginez bien qu’une chaîne de 50 mètres et une ancre destinée à un bateau de 9 tonnes, pèsent leur poids ! Je me mets à la barre, Antoine a la pression car il faut qu’il arrive à faire repasser le tout dans la baille à mouillage par en-dessous, et moi j’ai la pression, car accessoirement nous n’aimerions pas emplâtrer les autres bateaux (ça ferait désordre !) et nous approcher trop près de ces rochers. « Vers bâbord, vers tribord, en arrière », autant de consignes d’Antoine passé sous le bateau avec son attirail pour finaliser le tout ! Super, j’ai mon homme dans l’eau, sous le bateau, les moteurs sont allumés, la houle, j’imagine le pire et tente de rester concentrée sur mon objectif. L’aide de l’autre propriétaire nous aura été utile pour soulever la chaîne et tout remettre en place… 1h30 plus tard… Après une nuit pour ainsi dire blanche, une pression d’enfer, une sacrée frayeur, nous en avons fini et décidons de partir vers un autre mouillage… Moins poisseux !!

DSC_0091

Antoine dit toujours que les plans galères, font partis de l’aventure, que c’est plus « drôle comme ça »… Je me dis qu’on ne doit pas toujours avoir le même sens de l’humour alors 🙂 … Bon je n’ai l’ai pas vu beaucoup rire hier quand même 🙂 … Mais tout est bien qui finit bien !

DSC_0092

Nous finirons la journée installés tranquillement à Playa d’en Bossa, à la terrasse d’un restaurant bien mérité !

Notre album Majorque est complet, nous vous invitons à découvrir toutes les photos via le lien :

https://picasaweb.google.com/100004681080187634470/MajorqueJuilletAout2013?authuser=0&feat=directlink

4 réflexions sur “Hasta la vista Majorque!!

Laissez nous un commentaire si vous le souhaitez!:)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s