A la découverte de la côte sauvage de Porto Rico!

Nous prenons la mer en direction de la marina Puerto Del Rey coté est de l’île, située à moins d’une heure d’ici et à autant de San Juan en voiture. On nous a annoncé par téléphone 75$ la nuit, nous sommes encore avec nos amis, nous pouvons partager, ça l’fait!

Nous en profitons d’abord pour faire le plein d’essence, probablement un des moins cher hormis Trinidad, 137 $ taxes comprises pour la moitié du plein, c’est presque cadeau! Et voilà notre place, parfaite en début de marina, face aux vents d’est, aéré donc et surtout à côté de bateaux inhabités. Nous allons donc pouvoir aller aux toilettes et surtout tirer la chasse à peu près incognito! Et oui car en eaux américaines nous sommes sommes censés avoir des cuves à eaux noires ou des wc chimiques, mais sûrement pas un tout à la mer comme on a! D’ailleurs en cas de visite impromptue de coast guard ou autres nous avons pour ordre de fermer toutes les vannes en un temps record! 😉 Bon, nous sommes posés, Antoine et Brian s’en vont faire les formalités d’arrivée, à leur retour, ce n’est pas 75$ la nuit eau et électricité incluses comme indiqué par téléphone mais 250!!! Hein?! Mais ils sont malades! Parce que la personne s’est trompée et nous a donné les prix d’un monocoque, ils nous font la première nuit à 75 et les deux autres à 111!! Parce que c’est vous!! Eau à 5$ par jour! Non mais, hallucinant! Comment arnaquer les plaisanciers!?! Ben oui après tout allons y gaiement car ils savent très bien qu’à part d’autres marinas, et un éventuel mouillage pourri à Isla Marina permettant de prendre une navette pour nous rendre sur la côte, le choix est limité vue l’exposition de l’île! Après c’est soit au sud soit au nord à San Juan, dans les deux cas des heures de navigation en plus.

Nous pensions prolonger d’une nuit au départ de Brian et Suzanne lundi mais là c’est sûr que non! A ce prix pas même de piscine et un wifi minable on peut le dire! Le seul truc sympa c’est qu’on nous véhicule en voiturette de golf tellement les distances sont longues dans cette marina! C’est plutôt rigolo ces voitures! 😉

Allez, on ne traîne pas, une location de voiture plus tard, énoooooorme d’ailleurs, nous parcourons les 60 km qui nous sépare du Plaza Las Americas, le plus grand shopping center de la Caraibes!! Oh Oui du shopping!!! J’en rêve!! À l’arrivée, nous allons direct à AT&T, pour nous prendre une carte internet, Antoine a des rendez vous professionnels prévus et le wifi de la marina n’étant pas fameux, il nous faut trouver une autre solution… 1h!! C’est le temps d’attente à la boutique avant d’obtenir une carte qui nous le verrons par la suite ne fonctionnera pas en partage de connexion!! Patience est le maître mot! Suzanne et moi nous rendons en parallèle dans quelques autres boutiques, Victoria’s Secret, Zara, Gap… mais partout le même constat, c’est de la folie furieuse!! Nous sommes en période de soldes dans une ville de 395000 habitants et 3,5 millions sur l’île même! Oh secours!!! Je deviens dingue et le rêve du shopping se transforme en cauchemar! La clim est à zéro degré comme d’habitude chez les ricains, aucune envie de faire d’essayage, pas plus que de faire une des queues à rallonge ou quoique ce soit d’autres comme magasin! On a faim, on est fatigué, on se fait bousculer, STOP!!!!! On arrête là et on se fait un petit restaurant au CheeseCakeFactory offert par Brian en souvenir de celui qu’on avait fait en amoureux avec Antoine aux USA et qui avait été immonde! Une « private joke » des plus douteuse mais qui finalement aura plu à tout le monde! 🙂

Le retour au bateau se fait tardif, on est exténué de cette fin de journée. Au dodo, demain visite du sud de l’île!

Samedi 1er juillet, le réveil est un peu tardif, alors hop on fonce en direction de Ponce, ou autrement appelé la ville des Lions qui tient ce nom de la famille de Juan Ponce de Leon qui y créa la ville. Nous avons deux heures à parcourir pour y arriver et la route est superbe, vallonnée, montagneuse, verte, riche en végétation, nous ne voyons pas le temps passer. L’arrivée sur Ponce est signalée par des grosses lettres à la façon Hollywood. Les guides nous indiquent une ville pleine de charmes et à forte identité portoricaine, et c’est ce que nous allons trouver! Ancienne ville prospère dans le domaine de la grosse production de café, de sucre et de maïs, elle a connue ses heures de gloire avec notamment la famille Serrales et sa célèbre rhumerie.

Nous déambulons dans les rues et sommes émerveillés par la beauté des lieux! On voulait de la vieille pierre et étions en manque de culture, nous sommes comblés! A commencer par la Cathedral Nuestra Senora de Guadelupe dont les fondations datent de 1660. Majestueusement plantée au cœur de la Plaza de Las Delicias, on ne peut pas la manquer. Elle est située à côté du Parque de Bombas, érigé lui en 1882, pour y abriter les pompiers de la ville. Deux attraits forts de la ville, deux styles différents, qui se marient parfaitement bien avec les autres bâtisses à visiter ou juste à admirer au grès de la balade! On adore!!!!! En plus la plupart des visites sont gratuites, que demander de plus?! 🙂

Un rapide passage devant le château Serrales qui domine la ville et la Cruz del Vigia, une croix haute d’une trentaine de mètres, nous permettent d’apprécier la vue ensoleillée sur Ponce. Nous n’avons que peu de temps encore pour remonter un peu plus au centre de l’île et y découvrir ses richesses, alors nous quittons Ponce non sans nous rendre compte que derrière les beautés de son centre ville, la ville est en fait presque à l’abandon. Le guide d’une des maisons bourgeoise que nous avons visité nous a parlé du fait que le manque d’activité économique à ce jour a pour conséquence le départ des habitants de l’île vers les États Unis… et nous constatons le déclin des lieux aux maisons et édifices abandonnés et délabrés… Nous sommes choqués aussi par les barreaux sur bons nombres d’habitations! A en juger les protections mise en place on devine l’insécurité qu’il doit y avoir dans le coin… Quel dommage pour ces lieux qui ont connu leur belle époque!

Allez, nous sommes à présent en route vers Utuado, à quelques 30 km de route de montagne pour y voir une hacienda productrice de café, mais arrivé proche des lieux, nous nous rendons compte que l’endroit ferme à 15h, il est 14h50, autant dire que c’est mort! Changement de plan, direction Jayuya, à quelques 35 km plus au sud/est à nouveau… que de temps passé en voiture mais que de paysages magnifiques! Jayuya porte le nom d’un ancien chef indien et est au cœur de la forêt tropicale de Toro Negro. On est émerveillé par la jungle dans laquelle nous évoluons! C’est juste exceptionnel! Des arbres hauts, des lianes, des bananiers, des manguiers, des bambous immenses, des odeurs de vert, des croassements et même une cascade, tout y est! On est vraiment ailleurs! Nous avons beau être dans les Caraibes nous ne trouvons pas ici les mêmes paysages qu’ailleurs dans les Antilles! Nous n’avons même pas l’impression d’être sur une île tellement tout est gigantesque et différent! Nous adorons ces lieux, il y règne une ambiance particulière au son de la salsa partout!! Et encore une fois les habitants croisés sont juste d’une gentillesse incroyable, souriant, et nous répondant volontiers! Nous avons aussi même failli adopter un petit chiot portoricain! Trop mignon!!! On a tous fondu devant ces petits bébés et si cela n’était pas si dur d’avoir un chien à bord nous en aurions pris un sous le bras!! 🙂

Nous arrivons à notre prochaine étape, la Piedra Escrita, véritable fierté du village! Il s’agit d’une grosse pierre gravée d’inscriptions Taïnos en plein milieu de la Riviere Saliente… Les lieux sont très beaux avec cette rivière au cœur de cette végétation, mais c’est blindé de monde et surtout la grosse pierre en question sert de plongeoir a tout le monde! Euh, bizarre quand même! On y découvre effectivement quelques dessins ou gribouillis même si on ne doute pas que cela devait vouloir dire quelque chose, mais on s’attendait à autre chose il faut bien le dire! Hihi bon c’est pas grave, les garçons et Antoine en profitent pour justement tester le plongeoir, se rafraîchir et se mêler aux locaux, le tout dans un joyeux brouhara! Pour Brian, Suzanne et moi, trop de monde, pas très envie de nous mêler à la foule dans cette eau 🙂

Tout le monde s’étant dégourdi un peu les jambes nous nous rendons vers l’Hacienda San Pedro. Nous y voilà, enfin nous trouvons un lieu où découvrir la fabrication du café! Quelle délicieuse odeur! Nous y apprenons les différentes étapes, la période de récolte de janvier à août, la collecte des fruits à graines, du tris des dites graines pouvant être vertes, jaunes, oranges ou roses qui en fonction de leur couleur et de la température à laquelle elles seront chauffées apporteront un goût du plus amer au plus doux ou suave du café… Nous découvrons les machines servant a tout le processus de torréfaction du café. Et si ni Antoine ni moi n’en buvons, nous nous laisserons quand même tenter par une dégustation en fin de visite histoire de gouter à la production locale! 🙂

Voilà, notre journée de visite s’achève! Nous rentrons doucement vers la marina, quelques 2h35 encore… Bilan de la journée, des paysages somptueux d’une richesse incroyable, un dépaysement total pour les 7 heures de route parcourues! Ça en valait la peine.

Au dodo, demain c’est visite de San Juan!! Mais ça c’est encore une autre histoire!

Laissez nous un commentaire si vous le souhaitez!:)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s